La Région wallonne agrée une agence de placement d’infirmières coupable de pratiques illégales depuis 10 ans

Capture d'écran RTBF

L’émission « Investigation » du 25 mai révèle l’existence d’un juteux business que l’on pourrait qualifier de trafic de blouses blanches via des agences privées de recrutement à l’étranger.
Une entreprise en particulier a été pointée du doigt pour ses pratiques illégales : International Nursing Network. Le PTB découvre que cette agence est agréée par la Région wallonne depuis 2012.

« International Nursing Network a été pointée du doigt comme étant une agence avec des pratiques illégales : elle demande à des infirmières en provenance du Liban des frais exorbitants pour obtenir une équivalence de diplôme puis le permis de travail. On parle de plus ou moins 7500 euros. Elle met des clauses discriminatoires dans ses contrats, comme l’obligation de ne pas tomber enceinte sous peine d’une amende de 15 000 euros, interpelle le chef de groupe du parti de gauche au Parlement de Wallonie, Germain Mugemangango. Les journalistes de l’émission s’étonnaient que cette société ne soit pas agréée en Belgique : en réalité, elle l’est en Région wallonne depuis 2012. »  

« Donc, on a une société active et agréée depuis 10 ans qui utilise ces pratiques illégales et qui n’a jamais été inquiétée par qui que ce soit en Région wallonne... C’est très interpellant parce que cela signifie une impunité totale pour des faits que l’on pourrait qualifier d’esclavage moderne », poursuit le chef de groupe. 

« C’est vraiment très inquiétant de se rendre compte que malgré les mécanismes de contrôle qui existent, cette entreprise est passée sous le radar. On se demande si la ministre de l’Emploi, Christie Morreale (PS), s’est déjà penchée sur les contrôles effectués par le SPW (Service public de Wallonie) ? Comment est-il possible que personne, ni au gouvernement wallon ni au SPW n’ait jamais rien remarqué ? Ont-ils seulement assez de moyens au SPW pour effectuer ces contrôles ? »  s’interroge Germain Mugemangango.

« Une agence privée agréée par une Région n’est pas dans l’obligation de faire les mêmes démarches dans les autres Régions pour y fonctionner. Résultat, on a des sociétés qui passent inaperçues et personne n’est vraiment apte à dire si elles sont dans les clous ou non. C’est une conséquence directe de la régionalisation des compétences en matière de santé », souligne le député PTB.

« La Wallonie laisse une société comme International Nursing Network user de telles pratiques. C’est très grave. Le gouvernement wallon a une triple responsabilité : il laisse cette agence faire ce qu’elle veut en toute impunité dans tout le pays pendant dix ans et contribue à une concurrence déloyale envers les hôpitaux qui peinent à engager des soignants. Il est en partie responsable d’un cercle vicieux : les hôpitaux manquent d’infirmières et ces agences privées les débauchent directement chez ceux-ci ou à l’étranger, renforçant ce manque », poursuit-il.

« Il y a clairement un gros manquement au niveau des moyens alloués aux contrôles de ces agences. Quand on se penche sur les éventuels contrôles que la société aurait eu via la direction de l’emploi du SPW, on nous répond que ces informations sont confidentielles et les syndicats, quant à eux, cherchent aussi à mieux connaître le phénomène. Ils ignorent ce qu’il s’y passe au niveau des contrôles. Il y a donc aussi un gros problème de transparence à ce niveau », ajoute Germain Mugemangango, qui estime que l’impunité n’a que trop duré.

« Il est grand temps que cette agence soit contrôlée sérieusement et de façon inopinée. Des sanctions doivent être prises immédiatement pour faire cesser ces pratiques inacceptables. International Nursing Network doit être sanctionnée. Le PTB n’acceptera pas que des entreprises profitent de la misère des gens pour se faire de l’argent sur le dos des travailleurs, des hôpitaux et des patients », conclut le chef de groupe PTB.