Photo Solidaire, Karina Brys

En publiant un avis explicitement favorable, la Cour des comptes donne un grand coup de pouce au modèle Kiwi du PTB. « La Cour des comptes confirme que le modèle Kiwi permet de réduire le prix des médicaments et d’en améliorer la qualité, se réjouit Sofie Merckx, députée PTB. Un tel système rapporte des millions d'euros et présente un avantage certain pour la santé publique. La Cour des comptes confirme que notre proposition est gagnante sur toute la ligne. Les patients, la sécurité sociale, les médecins et les pharmaciens : tout le monde y gagne. En outre, le modèle Kiwi est simple à mettre en œuvre. Qu'attend le ministre Vandenbroucke ? »

Le PTB défend depuis des années l'introduction du modèle Kiwi pour les médicaments. Un modèle qui permet, grâce à des appels d’offres publics, de garantir les prix les plus bas possibles pour les meilleurs médicaments. La Cour des comptes a étudié la proposition de loi du parti de gauche, qui est actuellement débattue au Parlement fédéral, et a émis un avis très favorable. Selon l’institution, le modèle Kiwi répond à plus de la moitié des recommandations qu'elle a elle-même formulées en 2013 après un audit de la politique pharmaceutique belge.

La Cour des comptes énumère les avantages du modèle Kiwi :

  • Le modèle Kiwi rapporte de l'argent à la sécurité sociale. « Avec le modèle Kiwi, seuls les médicaments ayant le meilleur rapport qualité-prix sont remboursés, explique Sofie Merckx. La Cour des comptes confirme que ce système permet de réduire les dépenses de la sécurité sociale. L’application du modèle Kiwi à une partie des médicaments apporterait 429,8 millions d’euros aux patients et à la sécurité sociale. C’est ce qui ressort d’une étude récente du service d’étude du PTB basée sur les données de l’INAMI portant sur les 25 médicaments qui ont coûté le plus cher à l’assurance maladie en 2019. »
  • Le modèle Kiwi garantit de meilleurs médicaments. Seuls les médicaments ayant une valeur ajoutée thérapeutique scientifiquement établie sont remboursés. Selon les termes de la Cour des comptes : cela représente « un bénéfice clair pour la santé publique ».
  • Le modèle Kiwi facilite grandement le travail des médecins et des pharmaciens. Ils peuvent prescrire le médicament approprié, qui est présélectionné sur la base de sa valeur ajoutée et de son prix. « Le modèle Kiwi garantit le caractère indépendant et scientifique de cette sélection, à l’inverse du lobby pharmaceutique qui tente de vendre aux soignants des médicaments coûteux, qui ne sont pas toujours les meilleurs », précise Sofie Merckx.
  • Le modèle Kiwi offre des garanties en termes de sécurité d'approvisionnement. Sofie Merckx réagit : « La Cour des comptes réfute l'argument de l'industrie pharmaceutique et des autres opposants qui prétendent que le modèle Kiwi entraînerait des pénuries. Il exige au contraire des garanties pour prévenir les pénuries. »
  • Le modèle Kiwi permet de contrer les conflits d'intérêts. « Il offre des garanties que les intérêts financiers ne jouent plus de rôle dans la politique en matière de médicaments, conclut la députée de gauche. Les médicaments sont sélectionnés sur la base de critères scientifiques et indépendants, et non sur la base du lobbying et du marketing des grandes entreprises pharmaceutiques. »

Télécharger le dossier complet ici.

Suivez le PTB