L’utilisation de Pfas sur la base américaine de Chièvres pourrait avoir provoqué la contamination de milliers de Wallons : Le PTB pose 4 questions

Photo Creative Commons

Le débat fait rage en Flandre sur la pollution aux Pfas de l’entreprise 3M. D’après la ministre de l’Environnement wallonne, l’Ecolo Céline Tellier, il n’y aurait pas de quoi s’inquiéter en Wallonie. Le PTB a mené l’enquête et des documents révèlent qu’une contamination importante aux Pfas existe depuis de longues années au départ de la base américaine de Chièvres (Caserne Daumerie). C’est une base militaire aérienne qui utilise des mousses à base de Pfas pour éteindre les incendies et située à proximité des plus hauts taux de Pfas constaté par la Région Wallonne.

Télécharger le dossier complet.

« En 2018, la défense américaine a publié un rapport qui atteste que le taux de Pfas est largement au-dessus des normes à Chièvres, révèle Jori Dupont, député PTB. Dans ce rapport, on peut lire qu’en 2017, l’eau a été jugée toxique et que l’armée américaine aurait distribué de l’eau en bouteille. » Pourtant, aucun habitant de Chièvres n’est au courant et le sujet n’a même jamais été abordé ni au sein du conseil communal de la ville, ni à la Région wallonne.

« Que ce soit la majorité locale PS-Ecolo puis MR-Ecolo, les ministres-présidents de l’époque (le socialiste Paul Magnette puis le libéral Willy Borsus) ou encore les ministres de l'Environnement qui se sont succédé (le cdH Carlo Di Antonio puis l’Ecolo Céline Tellier), nous devons savoir qui était au courant. Y a-t-il eu un défaut de vigilance envers la caserne ? Ou une négligence coupable ? »

Pour le PTB, la pollution aux Pfas ne peut être prise à la légère. « Il faut enfin informer et protéger les familles sur place, demande le député PTB. Nous avons besoin de tests ciblés sur l’eau mais aussi sur la faune et la population locale. La responsabilité de la Caserne Daumerie doit être étudiée pour appliquer le principe du pollueur-payeur face à des tests et une dépollution qui peut être coûteuse. Il y a urgence. »

Vu le caractère cumulatif et dangereux de cette pollution, le PTB appelle la ministre wallonne de l’Environnement Céline Tellier et le ministre-président du gouvernement wallon Elio Di Rupo (PS) à des actions urgentes en la matière. « Il y va de la santé des gens », estime le député du parti de gauche.

Suivez le PTB