L'essence repasse la barre des 1,7 €/l : le ministre Van Peteghem doit tenir sa promesse et réduire les accises dès demain

.

Alors que le prix de l'essence à la pompe atteindra 1,7 euro par litre demain, Raoul Hedebouw demande au ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) de tenir sa promesse et de réduire immédiatement les accises sur le carburant. « Le ministre doit joindre l’acte à la parole. Il y a urgence. Pour beaucoup de personnes, qui vont déjà recevoir des factures d’énergie bien salées cet hiver, la flambée des prix du carburant est tout simplement intenable », explique le président du PTB.

Le ministre des Finances s'est engagé à deux reprises devant le Parlement à prendre des mesures pour faire face à la hausse des prix du carburant.¹ « Le ministre a annoncé qu’il travaillait sur un ‘cliquet inversé’ qui permet de réduire automatiquement les accises en cas de forte augmentation des prix. Le ministre lui-même a parlé d’un seuil de 1,7 euro, qui sera effectivement dépassé demain. Il est alors grand temps que le ministre concrétise cette promesse afin de faire baisser les prix à la pompe », poursuit Raoul Hedebouw.

Le parti de gauche souhaite que le gouvernement aille plus loin que la proposition qui serait actuellement sur la table. Raoul Hedebouw : « Selon le ministre, le cliquet inversé permettrait de réduire d'1 euro le coût d'un plein. Proposer une réduction d'à peine 1 euro, alors qu’en moyenne, le prix d’un plein a augmenté de 20 euros en un an, c'est se moquer des gens qui paient le prix fort à la pompe. »

Le PTB veut, lui, réduire les accises de moitié afin de faire baisser les prix des carburants. « Concrètement, nous proposons de diviser par deux les accises actuelles pour maintenir le prix du litre d'essence 95 et de diesel en dessous de 1,40 €/litre (TVA comprise), poursuit Raoul Hedebouw. Les caisses de l’État ont reçu 500 millions d'euros supplémentaires en recettes de TVA grâce aux prix élevés des carburants. Il faut maintenant utiliser ces recettes pour réduire les accises. »

« Par ailleurs, nous voulons que les multinationales pétrolières apportent leur contribution, par le biais d'un prélèvement spécial sur leurs surprofits. Les bénéfices de ces multinationales ont en effet explosé au cours des deux premiers trimestres de 2021. Shell, ExxonMobil, BP et Total cumulent ensemble 25,64 milliards de profit. Et elles devraient en faire plus encore dans la seconde moitié de l’année. »

Le PTB demande au gouvernement d'agir rapidement. « Les transports en commun coûtent trop chers et l’offre est bien trop réduite, estime le député de gauche. Beaucoup de gens ne peuvent donc pas se passer de voiture pour se rendre au travail ou assurer les déplacements essentiels. On va vers une situation où les gens doivent aller bosser pour payer l’essence pour pouvoir aller bosser. »


1. Le 28 octobre et le 25 novembre