.

À la suite des inondations qui ont frappé la Belgique, des milliers de familles doivent être relogés. À l’heure actuelle sont notamment concernées environ 6 000 familles à Liège, 5 500 familles à Verviers, 2 000 personnes à Pepinster et 600 personnes à Trooz. « On ne peut pas laisser à leur sort toutes celles et ceux qui ont aujourd’hui un logement détruit ou insalubre en raison des inondations. C’est pourquoi il faut urgemment réhabiliter un maximum de logements vides et les mettre en gestion publique », soutient Germain Mugemangango, chef de file du PTB à la Région wallonne.

 

« Nous savons déjà qu’il existe près de 1 300 logements publics non loués mais louables en Province de Liège, détaille le député de gauche. On y trouve également plus de 500 logements publics considérés comme non louables. Il est par contre plus difficile de connaître le nombre de logements privés inhabités. C’est pourquoi nous voulons que des brigades spéciales "logements vides" soient mises sur pied de toute urgence dans le but de faire un cadastre immédiat de ces logements en Province de Liège, explique Germain Mugemangango. La Région wallonne doit fournir les ressources financières, logistiques et humaines aux communes liégeoises pour établir ce cadastre. »

Pour le député, ce cadastre doit permettre la mise en gestion publique de tous les logements vides depuis plus de six mois. « En échange, les pouvoirs publics financeront les éventuels travaux de réhabilitation et assureront un loyer aux propriétaires. Cette mise en gestion publique sera d’application jusqu’à ce que les habitations des sinistrés soient à nouveau habitables. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. »

« L’ensemble de ces logements vides, privés comme publics, excepté ceux qui nécessitent des travaux très lourds, devraient servir à reloger les sinistrés. Le personnel des sociétés de logement, les entreprises de construction et une partie des forces bénévoles pourraient être mobilisés pour les remettre en état. Les 25 millions d’euros mis à disposition des sociétés de logements par le ministre Collignon doivent servir à financer les travaux nécessaires », conclut le chef de file du PTB à la Région wallonne.