Photo Belga.

La guerre a été démarrée par Vladimir Poutine. Il n’y a aucune excuse à cela. Les troupes russes doivent quitter l’Ukraine. Point. Par ailleurs, il est urgent d’avoir un débat sur comment aller vers une désescalade et garantir la sécurité en Europe. Voici, en bref, notre point de vue.

Nous demandons un cessez-le-feu immédiat et le retrait immédiat des troupes russes d’Ukraine. La guerre est une guerre criminelle qui touche la population en Ukraine et dont la classe travailleuse fait partout les frais, au profit des intérêts des oligarques et des va-t-en-guerre.

Il faut au plus vite réunir une conférence pour la paix, la sécurité et la coopération en Europe, qui rassemble toutes les parties autour de la table, afin d'assurer une désescalade et une solution diplomatique au conflit. Ces négociations peuvent se tenir sur la base des principes de l'acte final des accords d'Helsinki de 1975 et la charte de Paris de 1990 (lors de la disparition du bloc de l'Est).* Ce processus doit déboucher sur un nouvel ordre de sécurité commune pour l'Europe.

Nous demandons des sanctions ciblées qui touchent les oligarques, les grandes entreprises capitalistes et les financiers de la guerre en Russie. Nous nous opposons aux sanctions qui touchent la population.

Nous nous opposons à toute nouvelle escalade dans le conflit et à toute surenchère militaire, et donc aux livraisons de matériel militaire aux parties du conflit. Nous rejetons le cynisme sans borne et la malhonnêteté intellectuelle qui vise à profiter de la guerre et du malheur qui touchent l'Ukraine pour employer un discours de guerre intérieure au sein de notre pays, dans le seul but d'affaiblir le mouvement pour la paix et renforcer les courants belliqueux chez nous.

Il est important de fournir de l'aide à toutes les victimes dans la zone de combat et de mettre sur pied une assistance humanitaire rapide pour tous les réfugiés d'Ukraine.

 

* L’Acte Final d’Helsinki date de 1975, quand l’Europe était divisée entre Est et Ouest. Il s’agit d’un accord conclu par les États-Unis, l’Union soviétique et les pays européens, qui contient des engagements couvrant trois thèmes : la sécurité en Europe, les droits humains et le développement de la coopération entre les États.

La Charte de Paris pour une nouvelle Europe date de 1990, après la chute du Mur de Berlin. Il s’agit d’une charte qui prône des relations entre pays fondées sur le respect et la coopération. Elle a initialement été adoptée par 34 pays, qui deviendront ensuite membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).