.

« Mon téléphone est en surchauffe suite à l’annonce de la faillite de Swissport. » Maria Vindevoghel, députée fédérale PTB, explique : « 1 500 travailleurs risquent de perdre leur emploi. Je connais très bien l’entreprise et les gens, car j’y ai moi-même travaillé. La peur et la colère de perdre son emploi, je ne sais que trop bien ce que c’est. Pourtant, des solutions existent. »

« Ce ne sont pas les travailleurs qui sont la cause de la faillite », poursuit l’ex-travailleuse de l’aéroport. Au cours des cinq dernières années, d’énormes profits ont en effet été enregistrés à Zaventem. La Brussels Airport Company (BAC), compagnie privée qui gère l’aéroport, a réalisé un bénéfice de 392 millions d’euros au cours des cinq dernières années. Si l’on calcule cela par rapport aux 24 000 travailleurs de l’aéroport, la BAC a empoché chaque année 3 250 euros de bénéfice par travailleur. « Il n’est pas acceptable que, lorsque les choses vont bien, les bénéfices aillent au privé, et que lorsqu’elles vont mal, les employés doivent en payer le prix », souligne Maria Vindevoghel.

« Les partis de droite ont toujours pratiqué une stratégie du diviser pour régner en morcelant l’aéroport en petites entreprises qui se mènent une concurrence à mort, explique Maria Vindevoghel. De cette manière, le gestionnaire de l’aéroport en a tiré les bénéfices et les a transférés vers des fonds de capitaux privés étrangers. Cette logique ne fonctionne plus. Avec le PTB, nous proposons de faire de Brussels Airport Company une société publique. De cette façon, la gestion des bagages peut être effectuée par la BAC elle-même. Et le savoir-faire des 1 500 employés ne disparaît pas. C’est tout à fait possible. Aujourd’hui, la manutention à l’aéroport de Charleroi se fait également de cette manière. »

Le PTB répète sa demande de la mise sur pied d’une commission parlementaire spéciale. « La semaine dernière, nous avons frappé sur la table pour obtenir une commission spéciale. Cette proposition a été rejetée par tous les partis. Cette semaine, nous allons répéter notre demande. Nous ne pouvons pas évaluer la situation de Brussels Airlines ou de celle de Swissport de manière séparée. En tant que parti de gauche, nous appelons à un débat sur le défi de garantir un avenir social et écologique pour toute la communauté aéroportuaire », conclut Maria Vindevoghel.


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • fernand soupart
    a commenté 2020-06-13 17:54:14 +0200
    suissport a fait des milliard de bénéfice , et pour une crise de 2 mois on fous tous le monde a la porte , or que on aurait pu le mettre en chomage écomonique sa aurait ete plus facile , mon comme sa ben suissport par avec des millard dan et poche s et scandaleux , le poauvre travailleur eu n en peuve pas de la crise du covid 19 s et pas de leur faute , mais mon comme sa ben suissport va chnger de mon et va embauche au salaire moindre a ras de paquerette quoi , croyer moi s et qui vas se passer
  • Claude De Potter
    a suivi cette page 2020-06-11 15:36:38 +0200

Nous avons besoin de votre soutien