.

Le 3 avril dernier, le gouvernement fédéral a décidé d’ajouter les entreprises de travail adapté à la liste des secteurs dits « essentiels ». Cela signifie que les règles de distanciation sociale ne seront désormais plus une obligation pour ce secteur.

Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB et député fédéral : « Les ETA ne sont pas des entreprises comme les autres, à l’image des 32 000 travailleurs en situation de handicap qui composent le secteur. Plus encore que pour une entreprise traditionnelle, le respect des règles sanitaires est indispensable. » C’est pourquoi le PTB réclame que les ETA soient retirées de la liste des secteurs dits « essentiels ».

Et d’ajouter : « J’ai reçu par exemple un message de Michel, qui travaille depuis plus de 20 ans dans une ETA. Depuis son accident de moto, il a des difficultés à se déplacer. Il est en charge de petits travaux de conditionnement. Il m’a expliqué que, depuis le début de la crise, le patron fait semblant de respecter les mesures. Les postes de travail sont à 1m50 de distance, mais pas les travailleurs ! Le boulot demande de communiquer avec les collègues, on se croise dans les couloirs, on se change dans les vestiaires, on partage les mêmes toilettes et le même lavabo. Ici, pas de désinfection des locaux, et les travailleurs n'ont ni masques, ni gants. Chaque jour, Michel va au boulot la boule au ventre. Il a peur pour sa famille et ses collègues. »

Le PTB comprend d’autant moins la décision du gouvernement que le secteur des ETA couvre une diversité d’activités, dont une majorité ne sont pas essentielles : entretien des pelouses, fabrication de meubles en bois, conditionnement, services de nettoyage, etc.

Cette nouvelle décision pourrait s’accompagner d’une réouverture généralisée des entreprises qui avaient jusque là fermé ou partiellement fermé. Nous craignons par ailleurs que les mesures de prévention ne soient plus une priorité dans les ETA restées ouvertes.

Le PTB soutient pleinement le préavis de grève déposé par les syndicats du secteur, en front commun.

Raoul Hedebouw : « Nous interpellerons dans les jours qui viennent le gouvernement sur cette question. Les travailleurs des entreprises de travail adapté méritent le respect. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Nous avons besoin de votre soutien