Photo : torange.biz

Sous le gouvernement De Wever-Michel, la facture d'énergie des ménages belges a augmenté de plus de moitié. C'est ce qu'a calculé le service d'études du PTB. En comparaison avec les pays voisins, la facture des Belges a aussi augmenté cinq fois plus vite. Le consommateur belge paie aujourd’hui 228 euros de plus, alors qu'il payait encore 45 euros de moins en début de législature.

L'écart du prix de l'énergie

Dans le cadre des toutes prochaines élections fédérales et régionales, le PTB présente son plan pour rendre la facture d'énergie des ménages à nouveau payable. À cette occasion, le service d'études du PTB a comparé les prix de l'énergie en Belgique depuis l'entrée en fonction de l'actuel gouvernement fédéral en octobre 2014 avec les prix moyens dans quatre pays voisins (Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni). Les résultats sont pour le moins frappants.

« Le bilan de la politique fédérale en matière d'énergie est carrément dramatique, constate Peter Mertens, le président du PTB. On se souvient tous de la promesse de la coalition "suédoise" de faire en sorte que la facture d'énergie soit abordable. C'est tout le contraire qui s'est passé. Aujourd'hui, les ménages se saignent aux quatre veines : en cinq ans, la facture d'énergie d'un ménage belge a augmenté de plus de 360 euros, soit une augmentation de quasi 50 %. C'est du jamais vu. »

Ces hausses de prix exorbitantes sont d'autant plus frappantes quand on effectue la comparaison avec nos pays avoisinants. Chez nos voisins, à l'inverse de chez nous, la facture d'énergie est plutôt restée stable. « Encore une promesse que le gouvernement a jetée aux oubliettes : l'accord de gouvernement stipulait que le prix de l'électricité des ménages serait aligné sur ceux des pays voisins via une "norme d'énergie", souligne Peter Mertens. Cette promesse n'a pas été tenue, bien au contraire : dans notre pays, les prix ont augmenté plus de cinq fois plus vite que chez nos voisins. Le résultat de cinq années non-politique en la matière, c'est un véritable fossé énergétique. »

Évolution de la facture d'électricité, €/an, ménage moyen ayant une consommation annuelle de 3500 kWh

 

Octobre 2014

Mars 2019

Évolution (€)

Évolution (%)

Belgique (Dc, €/an)*

689,5 €

1049,3 €

+ 359,9 €

+ 49,9%

France (Dc, €/an)

564,8 €

618,7 €

+ 54,0 €

+ 9,6%

Allemagne (Dc, €/an)

1015,7 €

1081,2 €

+ 65,5 €

+ 6,3%

Pays-Bas (Dc, €/an)

686,3 €

787,2 €

+ 100,9 €

+ 15,3%

Royaume-Uni (Dc, €/an)

674,2 €

794,6 €

+ 120,4 €

+ 11,4%

Moyenne des pays voisins (Dc, €/an)

735,3 €

820,4 €

+ 85,2 €

+ 10,2%

Écart énergétique entre la Belgique et les pays voisins

-45,8 €

228,9 €

 

 

Écart énergétique entre la Belgique et les pays voisins (%)

-6,2 %

27,9 %

 

 

* Ménage moyen ayant une consommation annuelle de 3500 kWh

L'explication

L'an dernier, c'est principalement le prix de l'électricité elle-même, qui détermine pour un tiers la facture d'énergie des ménages, qui a fortement augmenté. Les centrales nucléaires vieillies et l'incertitude quant à la sortie du nucléaire font fortement grimper les prix du commerce de gros. De plus, les fournisseurs d'énergie incluent des coûts d'électricité verte de plus en plus élevés dans le prix de base de l'électricité.

Deux tiers de la facture l'électricité sont toutefois déterminés par d'autres coûts. Sous le gouvernement Michel-De Wever, ces autres composantes de la facture d'électricité ont également fortement augmenté, comme les redevances et prélèvements (augmentation de la redevance fédérale sur l'énergie) et les frais de distribution.

Dans notre pays, les coûts de distribution sont de plus de 40 % plus chers que dans les pays voisins.

La plus forte augmentation des dernières années concerne cependant la composante TVA : l'augmentation du taux de TVA de 6 à 21 % en août 2015 a entraîné une hausse brusque et permanente de la facture d'électricité de tous les ménages belges.

Évolution des composantes de la facture d'électricité

 

L'alternative

Le PTB a élaboré un plan d'action pour rendre la facture d'énergie payable pour les ménages.

Comme mesures urgentes, le parti de gauche demande que le prochain gouvernement baisse immédiatement le taux de TVA sur l'énergie à 6 % et instaure une réduction sur l'énergie verte. « Une baisse de la TVA est la logique même. Le chauffage et l'énergie sont un droit de base, pas un produit de luxe comme le caviar ou le champagne », souligne Peter Mertens en insistant une nouvelle fois sur cette revendication que le parti défend depuis des années.

Le PTB veut également s'attaquer aux frais exorbitants facturés pour l'électricité verte (« certificats verts »). « Nous voulons retirer les frais de l'électricité verte de la facture d'énergie, indique Peter Mertens. Au lieu de faire payer le coût des subsides aux panneaux solaires par les consommateurs, nous voulons qu'Electrabel & co portent les charges les plus lourdes. »

Une baisse de la TVA sur l'électricité de 21 % à 6 % entraînerait, à elle seule, une économie de 136 euros pour un ménage moyen (consommation annuelle de 3500 kWh).

Pour combler entièrement l'écart du prix de l'énergie avec les pays voisins, le parti de gauche plaide aussi pour des mesures structurelles via l'instauration de prix maximum régulés par les pouvoirs publics pour les utilisateurs résidentiels, tant pour l'électricité que pour le gaz. Au lieu de l'actuel imbroglio dans les tarifs d'énergie, le parti de gauche veut limiter l'offre à un seul tarif par fournisseur et garantir des prix fixes qui ne peuvent être adaptés qu'une seule fois par an.

Peter Mertens conclut par un plaidoyer pour la socialisation du secteur de l'énergie : « La libéralisation du marché de l'énergie s'est avérée une catastrophe pour le consommateur. Nous voulons reprendre en main les leviers de notre avenir, l'énergie est trop importante pour être laissée au marché libre. Dans une révolution climatique, il n'y a pas de place pour Electrabel & co. Nous plaidons pour un approvisionnement public de l'énergie, géré par la collectivité et sous contrôle démocratique. Ce n'est que de cette manière que nous pouvons remplacer le chaos du marché libre par la mise en place planifiée d'un système d'énergie durable. »

Le plan Énergie du PTB 

Propositions pour rendre à court terme notre facture d'énergie payable

  1. Le PTB veut que le taux de TVA sur le gaz et l'électricité repasse de 21 % à 6 %. Pour le parti de gauche, l'énergie est un droit, pas un luxe. La facture doit être adressée à Electrabel. Elle ne doit pas être payée par un saut d'index déguisé, comme cela a été le cas sous le gouvernement Di Rupo.
  2. Le parti de la gauche authentique plaide également pour un tarif régulé, bon marché pour les particuliers. De cette manière, au lieu de laisser carte blanche aux entreprises d'énergie, les pouvoirs publics fixent un prix maximum. Ce système existe déjà en France, avec le « tarif bleu ». Ce n'est pas un hasard si, en France, la facture d'énergie est moins chère de 400 euros par an par rapport à la Belgique.
  3. La grande diversité des tarifs d'énergie complique fortement le choix du consommateur dans sa recherche de l'alternative la meilleur marché. C'est pourquoi le parti veut limiter l'offre à un seul tarif par fournisseur.
  4. Pour protéger le consommateur de subites augmentations de prix, le PTB veut garantir des prix fixes qui ne peuvent être adaptés qu'une seule fois par an.
  5. Nous retirons les coûts de l'énergie verte de la facture d'énergie. Au lieu de faire porter le coût des subsides aux panneaux solaires par les consommateurs, nous voulons qu'Electrabel & co portent les charges les plus lourdes.

Propositions pour une socialisation du secteur de l'énergie

  1. Power to the people. Nous prenons nous-mêmes notre énergie en main. Au lieu de laisser ce secteur à Engie, EDF et d'autres multinationales, nous voulons un secteur public de l'énergie, aux mains de la collectivité et sous contrôle démocratique.
  2. Nous créons une entreprise d'énergie publique pour mettre en œuvre des investissements à grande échelle dans l'énergie renouvelable et à un prix abordable. Nous facilitons également les entreprises d'énergie urbaines publiques et les coopératives citoyennes, afin d'œuvrer localement au système d'énergie de demain.
  3. Avec le plan national de transition énergétique, nous traçons la voie pour arriver à ce que, d'ici 2050, la Belgique fonctionne à 100 % d'énergie renouvelable.
  4. Cette entreprise d'énergie publique est 100 % verte et 100 % transparente. Le conseil d'administration est composé d'au moins un tiers de consommateurs et d'un tiers de travailleurs de l'entreprise.

 


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Dominique Meeùs
    a commenté 2019-05-19 12:13:15 +0200
    La confusion constante entre les mots «énergie» et «électricité» rend l’article particulièrement difficile à comprendre. Je pense que la consommation annuelle d’un ménage doit être de l’ordre de 30 000 kWh et non 3 500. Si on entend parler de la seule électricité, il faut réécrire l’article.
  • fernand soupart
    a commenté 2019-05-17 21:13:43 +0200
    ben oui suis d accord avec les 6% sur la tva sur l electric , mais seulement sa ferait du bien au plus démuni mais probleme sa profiterait aux riche aussi or s et que je veut pas , les riche n on qu a payer 21% sur electrciter eux sa leur fera les pied désoler , il on déjà voler assez les pauvres , et de plus on payerait en moin sa serait bien on a assez donner a s et voleur engie electrabel et les autres quand je vois que j avait diminuer mas connsonation electrique et ben avec l augmentation ben je suis revenu au meme point j aurai du recevoir une 100e et ben mon tous cela a causse de margen l idiote de ministre qui a causse d elle les prix on flamber

Nous avons besoin de votre soutien