Diviser le salaire de Juncker par trois et autres mesures du PTB pour mettre fin à l’Europe du fric

Photo Solidaire, Noor Tounli.

Le PTB présente aujourd’hui son programme européen. Parmi les 175 propositions, on retrouve celle de diviser par trois le salaire du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Le parti de gauche veut ainsi en finir avec les privilèges des eurocrates, qui sont ainsi plus proches des multinationales que des gens.

« Face au gouffre qui sépare aujourd’hui la Commission européenne des citoyens, le PTB propose des mesures ambitieuses et originales, explique Marc Botenga, tête de liste PTB aux élections européennes. Il faut notamment diviser par trois le salaire du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. » Les salaires des autres commissaires européens seraient adaptées en fonction. « Avec une rémunération globale dépassant les 32 000 euros par mois, Juncker, gagne en effet en un mois presque le double de ce que gagne un travailleur européen moyen, soit environ 17 000 euros brut par an », dénonce celui qui pourrait être le premier député européen de la gauche radicale belge.

Et de poursuivre : « Avec leurs salaires, les commissaires européens ne peuvent pas comprendre ce que vivent les travailleurs ou les pensionnés qui peinent à boucler le mois avec leur revenu. » Aujourd’hui, l’Union européenne compte en effet 10 % de travailleurs pauvres, contre 7 % il y a 10 ans.

Pour la séparation entre Big Business et Commission européenne

Le PTB propose en outre de bloquer les portes tournantes entre les institutions européennes et les multinationales. « Durant les sept années qui suivent la fin de son mandat, un commissaire ou un député européen ne pourra exercer un mandat important auprès d’une banque, d’une multinationale ou d’une société cotée en Bourse », précise Marc Botenga.

On a également récemment appris que plusieurs multinationales, dont Bayer (Monsanto), Uber ou encore Google, avaient offert un million d’euros aux partis traditionnels européens. « Le PTB veut interdire les contacts de lobbying non déclarés et le financement des partis politiques par les multinationales, déclare Marc Botenga. Il faut instaurer une séparation entre Big Business et les institutions européennes. »

« L’influence des multinationales sur les politiques de l’Union européenne est en partie basée sur un système de salaires mirobolants et de portes tournantes, un système de corruption indirecte et légale, poursuit le candidat de la gauche qui pique. » Les exemples ne manquent d’ailleurs pas, de l’ancien président de la Commission, José Manuel Barroso, passant chez Goldman Sachs à peine son mandat fini, au belge Karel De Gucht passé chez ArcelorMittal, en passant par le Commissaire au Climat, Miguel Arias Cañete, qui dirigeait… des entreprises pétrolières.

« Ce système des portes tournantes garantit que les hauts fonctionnaires européens viennent souvent du monde des multinationales ou des institutions financières et y retournent aisément après leur carrière politique, précise Marc Botenga. Il faut y mettre un terme, autrement, il est trop facile pour les multinationales de placer leurs hommes et femmes aux postes clés de décision politique. »

Les propositions piquantes du PTB pour mettre fin à l’Europe du fric :

  • Nous divisons par deux les salaires plantureux des commissaires et des députés européens. Ce montant ne pourra dépasser un plafond fixé à 10.000 euros brut par mois. Les extras non transparents ou non justifiés seront abolis.
  • Dans le cas du président de la Commission européen, Jean-Claude Juncker, l'établissement de ce plafond de 10 000 euros brut par mois signifie donc une division par trois de sa rémunération actuelle (environ 32 200 euros par mois)
  • Nous mettons fin à la politique d’arrière-boutique. Les négociations et réunions du Conseil européen, de l’Eurogroupe, du Mécanisme européen de stabilité, de l’Ecofin, etc. doivent être rendues publiques, par retransmission directe en streaming, ainsi que sous forme de rapports publics officiels.
  • Nous bloquons les portes tournantes entre les institutions et les grandes entreprises. Durant les sept années qui suivent la fin de son mandat, un commissaire ou un député européen ne pourra exercer un mandat important auprès d’une banque, d’une multinationale ou d’une société cotée en Bourse.
  • Nous interdisons les contacts de lobbying non déclarés et voulons des registres de transparence obligatoires. Nous obligeons les parlementaires à signaler tous contacts de lobbying, y compris en dehors de l’enceinte du parlement.

Découvrez ici le programme complet du PTB pour les élections européennes.

Des salaires déconnectés de la réalité

En tant que président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker gagne 138 % du salaire brut du fonctionnaire du plus haut grade, soit 27 436 euros brut par mois. À ce montant s’ajoutent une série d’avantages qui feraient arriver le président de la Commission européenne à environ 32 200 euros par mois. Il faut en effet y ajouter entre autres les indemnités mensuelles de résidence – 15 % de son salaire de base, ce qui dépasse donc aisément les 4 000 euros mensuels – et une indemnité mensuelle pour frais de représentation – l’équivalent de 1 418 euros pour le président de la Commission. Au total, son paquet de rémunération annuel s’approche donc des 400 000 euro, les frais de déplacement et de déménagement étant également remboursés. Il gagne ainsi en un mois presque le double du salaire médian européen, qui est d’environ 17 000 euros par an.

À remarquer que le salaire de Juncker a augmenté de manière importante lors de la précédente législature. En 2014, le salaire de base Juncker n’était que de 25 554,58 euros par mois, soit 306 654,96 euros annuels, contre 329 232 euros aujourd’hui, soit une augmentation globale de plus de 7 %. La Commission européenne a justifié ces hausses par l’augmentation du coût de la vie. Un comble de cynisme pour une Commission qui veut voir disparaître l’indexation des salaires en Belgique.

 

Quelques exemples de portes tournantes

- Avant de devenir Commissaire européen au Climat, Miguel Arias Cañete dirigeait les entreprises pétrolières espagnoles Ducar et Petrologis Canarias. Le conflit d’intérêt est clair pour tous, sauf pour les institutions européennes.

- Le britannique Jonathan Hill a une carrière de lobbyiste derrière lui quand, en 2014, il devient Commissaire européen pour la stabilité financière et les marchés des capitaux. Après sa démission, suite au référendum sur le Brexit, il a reçu des places dans différentes entreprises avec un intérêt direct dans le processus politique européen, comme la banque suisse UBS, les assurances Aviva, ou le mégacabinet d’audit Deloitte.4 Après la crise bancaire, un poste sur trois au sein de la direction du Directorat-Général pour la stabilité financière a été occupée par des anciens ou futurs employés de l’industrie financière.5

- Le prédécesseur de Juncker, José Manuel Barroso, est parti chez Goldman Sachs, une banque impliquée dans la falsification des chiffres grecs pour rentrer dans l’Euro. Comme président de la Commission européenne, Barroso devait faire avancer l’Europe, mais tant les conséquences sociales de sa présidence que le poste auquel il a été parachuté après celle-ci posent clairement la question des intérêts qu’il a défendus durant son mandat.

- Le lendemain de la fin de la période tampon obligatoire de 18 mois, Karel De Gucht, ancien commissaire européen au Commerce, a rejoint ArcelorMittal. En tant que commissaire chargé du commerce, il a été le négociateur principal dans les négociations de libre-échange avec le Canada (CETA) et avec les États-Unis (TTIP). ArcelorMittal dépense entre 1,5 et 1,7 million d'euros par an pour faire pression sur les institutions européennes, et possède désormais un des meilleurs carnets d’adresse pour rentabiliser cet investissement.6

 

Des lois européennes écrites directement par et pour les multinationales

Les eurocrates de haut niveau que sont les commissaires invitent par ailleurs les multinationales en tant que parties prenantes ou comme experts dans des réunions et comités peu transparents. « Une manière de leur permettre de directement "faire les lois", condamne Marc Botenga. Différents rapports de la société civile montrent l’impact direct et dévastateur sur les politiques européennes. »

- En 2010, BusinessEurope, l’équivalent européen de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), publie son Plan d’action sur la durabilité budgétaire et la croissance.7 Les parallèles entre le Plan d’Action et les politiques d’austérité menées par la Commission européenne sont impressionnants : des salaires plus bas, moins de services publics, plus de partenariats privé-public, moins d’impôts pour les multinationales, réformer les pensions pour les diminuer.8

- Dans la préparation de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Japon, les fonctionnaires de la Commission européenne ont organisé 213 réunions à huis clos avec des groupes d’intérêts, dont 190 rencontres (89 %) avec des lobbies du Big Business contre zéro rencontres avec les petites et moyennes entreprises ou les syndicats.9 Les nouvelles discussions sur un accord commercial avec les États-Unis (TTIP) se sont passées à 90 % avec des lobbies.10 Résultat ? Les accords de libre-échange de l’Union européenne incorporent la coopération réglementaire avec des lobbies, ou encore les fameux tribunaux privés qui permettent aux multinationales de poursuivre en justice des États imposant des règles de sécurité alimentaire ou sanitaire trop strictes.

- En cinq ans, le budget de lobbying combiné des dix premières entreprises d'armement européennes a doublé, passant de 2,8 millions d'euros à 5,6 millions d'euros par an.11 Les nouveaux programmes d’investissements pour le secteur de l’armement, comme le Fonds européen pour la Défense, de 13 milliards, se révèlent une véritable aubaine pour les grandes multinationales. Elles incluent quasi textuellement une série des propositions du lobby ASD (Aerospace and Defence Industries Association of Europe).


Montrer 4 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • fernand soupart
    a commenté 2019-03-24 19:47:28 +0100
    hum l europe parlons en de de l eu , s et eu nous détruit petit a petit , regarder cette eu depuis quel existe tous les prix on flamber , je dit tous les prix il a pas d exeption , hum oui on disait sa vas etre bien ha oui on le vois moi qui et nee avant l eu ou s était encore le franc en belgique ou il fesait bon vivre les prix etait pas trop cher ha se cher franc belge on savait s y retrouver , a l heure ou je vous parle nous avons etait duper sur toute la lignes oui par l eu , ha oui l eu une belle saleter il a regarder la pauvreter partout dans tous les pays , pour causse l eu nous impose l eu nous dirige , l eu nous vole , l eu vas nous détruire , il a un pays qui a bien résumer la situation l angleterre enfin pas tous quoi , mais s et un début , l eu dans quelque annee on en reparlerat fait moi confiance j ai 59 ans j espére le voir dans quelque annee l eu tomber , faite moi confiance on en reparlerat croyer moi et cela a déjà commencer , pour cela revisiter l histoire (14-18) et (40-45 ) voir a partir de 1937 reliser l histoire et vous allez comprendre , bien sur j ai pas connu la guerre mais j ai assez de souvenir de mes grand parent et grand pére , il ne l on souvent dit ( tu verra fils tu retournera a sabot ) et je me rent comte qu il avait raison ( l eu la dictature de grand chef )
  • Bernard Van Muy
    a commenté 2019-03-23 12:22:52 +0100
    Je déplore que le PTB déploie encore une telle énergie à jouer dans la cour de l’Union Européenne pour tenter de la réformer. Cette institution est devenue une véritable dictature qui confisque à 90% aux Etats-nations leurs compétences et prérogatives. Les peuples sont ainsi placés en servage. L’UE est irréformable. Cessons de nous bercer d’illusions et de nous dire que nous pourrions transformer les Traités Européens. A cette fin, il faudrait obtenir une triple unanimité de 27 entités, celle des délégations qui seraient à l’oeuvre pour négocier cette transformation, celle des gouvernements nationaux et celle des parlements nationaux, autrement dit, mission impossible.
    Rappelons-nous la déclaration de Juncker en juillet 2015 à propos de la soumission des Grecs obtenue par l’UE : “Il n’y a pas de démocratie au-dessus des Traités Européens.” Qui n’a pas encore compris cela ? Au vu de quoi, il faut absolument sortir de cette UE qui nous enferme dans un carcan d’impuissance et d’appauvrissement continus Cette possibilité existe par le biais de l’invocation de l’article 50 du Traité de Lisbonne, c’est notamment l’intention sans concession d’un parti comme l’UPR, en France, soutenu par un nombre croissant d’intellectuels, de politiques et de Gilets Jaunes… entre autres.
    Que le PTB veuille bien se pencher sur les travaux d’Asselineau, de Chouard, de De Villiers qui vient de révéler les mensonges sur la genèse de l’Union Européenne. Je crains bien que le PTB soit très en retard sur les mesures à prendre pour s’affranchir carrément de l’UE. La démocratie procède de la souveraineté; or la souveraineté est une, entière et indivisible : elle est entière ou elle n’est pas. Le PTB qui a l’objectif de défendre le peuple ne parle pas de souveraineté. Sans faire nôtre la souveraineté et sans nous en donner les moyens, nous passerons encore des générations à arracher des lambeaux de pouvoir à ceux qui ont la ferme intention de nous soumettre à une férule sans merci.
  • Michel De Both
    a commenté 2019-03-22 23:26:47 +0100
    Moi, je l’appellerais plutôt Jean-Claude “Drunker” (de l’anglais: to drink drank drunk = boire). Il est grand temps de le virer, ce type-là…
  • Michel De Both
    a suivi cette page 2019-03-22 23:10:48 +0100

Nous avons besoin de votre soutien