Didier Reynders, l'un des plus grands alliés des millionnaires et des multinationales, sera bien Commissaire européen

Photo credits: CC-BY-4.0: © European Union 2019 –

Didier Reynders a été entendu par le Parlement européen cette semaine. Au niveau européen, cela ne pose aucun problème d'avoir un Commissaire qui a transformé la Belgique en paradis fiscal, qui a toujours été au service des plus riches et des multinationales et dont le nom apparaît dans un scandale après l'autre.

Faut dire que Didier Reynders a su flatter les eurocrates. Il a même osé dire que « la justice sociale est au cœur de la construction européenne ». Certes, avec son passif, il n'allait pas parler de « justice fiscale », mais personne ne l'a briefé sur l'austérité, les inégalités croissantes et la pauvreté ?

Il a aussi rassuré les multinationales: quand la fraction de la Gauche unitaire lui a demandé : « Que ferez-vous concrètement pour que les multinationales soient responsables de leurs actes ? » Reynders a éludé la question: « Oui, oui, je ferai cela... Je suis sûr que les multinationales aussi feront attention elles-mêmes. » Quand on insiste, Reynders se noie dans ses contradictions. Formellement, il accepte que sur les droits de l'homme, l' « engagement volontaire » des multinationales ne suffit pas. Mais, concrètement, il ne s'engage pas sur des mesures législatives contraignantes.

On a aussi appris qu'il y a deux Didier Reynders. Il y a Docteur Didier le Belge & Mister Reynders l'Européen. En Belgique, Didier le Belge a promu la transaction pénale permettant aux riches de racheter leurs procès, instaurant ainsi officiellement une justice de classe. Reynders l'Européen a osé se présenter comme le vaillant héros de l'État de droit en Europe. Ça ne manque ni de cran ni d'ironie. Interrogé sur la proposition de Didier le Belge de PUNIR les lanceurs d'alerte (ceux qui dévoilent les crimes secrets) mettant à risque la liberté d'expression, Reynders l'Européen affirme carrément vouloir AIDER les lanceurs d'alerte.

Avec le PTB on s'est évidemment opposé à sa candidature et on se battra contre cette Commission néolibérale du fric, des multinationales et des magouilles.

Marc Botenga, député européen du PTB


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Laurent Bodenghien
    a commenté 2019-10-04 22:14:01 +0200
    Cet article se cantonne au volet strictement institutionnel européen… Il y avait beaucoup plus à dire.
    On élude les allégations portées par l’agent de la sûreté de l’Etat , Nicolas Ullens.
    Aucune allusion aux éléments journalistiques et factuels apportés par le Journal KAIROS qui depuis des mois à travers son journaliste Eric Arthur Parme dénonce ce qui s’apparente à un vaste réseau de corruption …
    Pas un mot en guise de rappel sur toutes les affaires où le nom de Monsieur Reynders apparaît: Kazakhgate , affaire des fonds libyens (Monsieur Reynders serait intervenu auprès de la banque Euroclear afin de “libérer” 2 milliards pour les reverser à des rebelles libyens salafistes), affaire du déménagement de la police fédérale où une gabegie de 40 millions d’euros aurait été relevée dans un rapport de la cour des comptes , ….
    Alors que des menaces de mort pèsent sur l’homme qui a pris le risque d’attaquer de front une véritable mafia,
    aucun signe de stupéfaction quant au quasi silence des médias .
    Et pour cause : Jean claude Fontinoy , bras droit de Monsieur Reynders est très proche de Jean-Paul Philippot (administrateur RTBF) et Philippe Delusinne (administrateur RTL Belgium).
    Le texte verse dans l’économisme mais refuse de voir la dimension “réseau” … Dénoncer la politique menée par Monsieur Reynders à l’avantage des multinationales revient à enfoncer une porte ouverte.
    C’est asséner des évidences. C’est entendu qu’il est l’ami des riches , qu’il se fout de la question sociale !
    Ce travail de dénonciation a déjà été mené par le PTB il y a plus de 10 ans grâce à l’excellent travail de Marco Van Hees et son livre "Didier Reynders , l’homme qui parle à l’oreille des riches’. Ce qu’il fallait mettre en exergue c’est l’illégitimité d’un homme politique qui n’est pas digne de cette fonction en raison des accusations qui pèsent sur lui. Quand un travailleur est soupçonné de plusieurs méfaits, je parle bien de soupçon, je ne parle pas de culpabilité pour des faits avérés; croyez bien que son employeur se contentera des soupçons pour prendre action. Dans ce contexte , il en va autrement : Monsieur Reynders feint de découvrir par la presse les allégations qui fondent sur lui. Il s’en explique lors de son audition sereinement et paisiblement…
    Et tout cela ne choque personne …. Cela en dit long sur l’état d’effondrement de nos institutions, du politique, de notre justice , de nos médias , de notre société…

Nous avons besoin de votre soutien