Photo : Dirk De Block

Le PTB a présenté ses têtes de liste pour le Brabant wallon. André Van Deuren et Lorena Martinez Cifuentes formeront le duo de tête sur la liste régionale et Marc Boutet tirera la liste fédérale. Leur point commun : un engagement sur le terrain. Pour le climat, les droits des femmes, pour la mobilité et le pouvoir d'achat. Le parti de gauche veut être la surprise de ce scrutin en Brabant wallon.

La gratuité des transports : de l'oxygène pour la planète et pour le portefeuille

André Van Deuren (33 ans), originaire de Wavre, tirera la liste régionale. Le jeune enseignant précise que les priorités du PTB aux régionales – les transports en commun gratuits et de qualité et des médicaments moins chers – sont issues d'une enquête menée auprès de 700 Brabançons.

« En tant que navetteur, je connais la réalité quotidienne des transports en commun : les retards, le peu de correspondances, etc. Je comprends pourquoi des transports en commun de qualité et gratuits sont la priorité des habitants de ma région. Au PTB, nous voulons investir massivement dans les différentes sociétés publiques de transport en commun. Et commencer par rendre à la SNCB les 3 milliards d'euros que le gouvernement Michel lui a retirés. La mesure-phare de notre programme est d'instaurer la gratuité pour la TEC, la STIB et De Lijn : c’est bon pour la planète, ça rend du pouvoir d’achat aux familles et ça crée des emplois locaux. »

Les médicaments ne doivent pas être des produits de luxe

« Le deuxième thème le plus souvent cité dans notre enquête est la santé, poursuit André Van Deuren. Et plus particulièrement, son coût. Au PTB, nous pensons que les médicaments ne sont pas un luxe. L’industrie pharmaceutique facture les médicaments bien au-delà du coût réel de développement et de production. Au point que certains patients ne peuvent plus payer leur traitement. Il existe pourtant une alternative : le modèle Kiwi, inspiré de la politique de soins de santé mise sur pied par la Nouvelle-Zélande. En 2017, les députés du PTB ont déposé une proposition de loi en faveur de ce système, mais elle n’est pas passée au Parlement. Il est vraiment temps d’y envoyer des députés qui défendent les intérêts des patients et non ceux des grandes firmes pharmaceutiques ! »

Lorena, 23 ans, étudiante en sciences politiques à Louvain-la-Neuve, seconde André Van Deuren sur la liste régionale. Elle partage son indignation : « Je suis révoltée par le monde dans lequel je vis. Pour beaucoup de parents et d’étudiants, c'est de plus en plus difficile de nouer les deux bouts. Entre les frais pour les syllabus, pour la nourriture, le logement, le transport, on n'a plus rien pour vivre ! Avec Comac, le mouvement d'étudiants du PTB, nous défendons un refinancement de l’enseignement pour qu'il soit accessible à tous, avec plus de salles d’études, plus d’assistants, plus d’aide à la réussite. »

Des mesures concrètes et contraignantes pour le climat

Lorena participe aux actions pour le climat qui ont lieu depuis plusieurs semaines. « Nous, les jeunes, nous en avons marre des discours qui ne débouchent sur rien. En Belgique, ce sont 300 multinationales qui sont responsables de 40 % des gaz à effet de serre. Quand on voit ça, ça paraît clair qu’il y a un problème, et on ne peut pas le régler avec des taxes carbones. Ce dont on a besoin, ce sont des mesures concrètes et contraignantes et un investissement public dans une transition écologique. »

Annoncer sa candidature la veille du 8 mars prend une signification toute particulière pour Lorena : « Demain, c'est la journée internationale des droits des femmes et la première grève des femmes en Belgique. Dans notre pays, les femmes restent moins bien payées que les hommes, elles sont plus touchées par le travail à temps partiel et par les mesures antisociales du gouvernement. C’est une réalité que je vis au quotidien avec de nombreuses femmes, dont celles qui m’ont élevée et qui ont dû se battre constamment. C'est très important d'envoyer des femmes au Parlement pour relayer toutes ces difficultés. »

La défense des travailleurs

Le trio brabançon compte aussi Marc Boutet, un ouvrier de 58 ans, qui tirera la liste fédérale. Travailleur et syndicaliste dans le secteur du métal, Marc a la défense des travailleurs dans le sang. «  Il est temps de défendre nos pensions. Car quand mes collègues m'interpellent : "Tu nous vois monter sur une cabine d'ascenseur à 67 ans ?", je sais que c'est impossible.  Pour eux et pour beaucoup d'autres travailleurs. Vous savez, à 67 ans, tous les métiers sont pénibles. Avec le PTB, nous défendons la pension à 65 ans, la pension anticipée à partir de 60 ans, et les aménagements de fin de carrière à partir de 55 ans. Avec une pension décente de minimum 1500 euros nets. »

Des ouvriers et des ouvrières au Parlement

« Avec ma candidature, continue Marc, mais aussi celle de Maria Vindevoghel à Bruxelles par exemple, le PTB fait clairement un choix de placer des ouvriers et ouvrières en tête des listes. Et j'en suis fier. Il faut des travailleurs dans les Parlements, pour rappeler la réalité du terrain aux partis traditionnels. »

Autre point commun avec Maria Vindevoghel, Marc Boutet a connu la faillite de la Sabena et la restructuration de Technics. « C’était un drame social, témoigne l’ex-sabénien. Des dizaines de milliers de travailleurs ont été jetés comme des Kleenex. Pour rappel, Sabena était à 50% un service public, que le ministre des Entreprises publiques de l'époque, Elio Di Rupo, a vendu à SwissAir, de véritable gangsters en col blanc. »

« Les années passent mais rien ne change, constate Marc Boutet. Regardez le cas NLMK. Via la Sogepa, son bras financier, la Région wallonne est complice du licenciement de la moitié des travailleurs. Et pour les 290 qui restent, c'est flexibilité à outrance, avec des semaines jusqu'à 48h et jusqu'à 12 heures par jour. »

Une surprise PTB dans le Brabant wallon

La colère des travailleurs, Marc la comprend parfaitement : « Il ne faut pas s'étonner du mouvement des Gilets jaunes. Même en travaillant à deux, les gens n'arrivent plus à boucler les fins de mois. Et il faut souvent choisir entre manger ou payer les factures. Entre manger ou payer son médecin. Voilà pourquoi il faut supprimer la loi de 1996 sur la norme salariale. Et qu'il faut baisser la TVA sur l'énergie de 21 à 6%. Ce n'est pas un produit de luxe. Pendant que les gens galèrent, les grosses boîtes, comme UCB à Braine-l’Alleud, ne paient que 2 à 3% d'impôts. Si les multinationales payaient leurs impôts, on aurait l'argent pour payer nos pensions, pour les transports gratuits, pour isoler nos maisons... »

Pour conclure, le trio de candidats rappelle les objectifs du parti de gauche pour leur région : « Le PTB ira aux élections dans le BW pour représenter tous les travailleurs qui ont besoin de plus de pouvoir d’achat, de transports publics efficaces et de médicaments moins chers. Notre objectif historique est d’obtenir le premier élu PTB du BW. C’est ambitieux mais tout à fait possible. Nous voulons créer la surprise. » 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact