John Beugnies, député PTB. (Photo PTB)

La ministre libérale wallonne de la Sécurité routière Valérie De Bue et son gouvernement PS-MR-Ecolo veulent imposer un contrôle technique moto dès 2022. Le député wallon PTB John Beugnies est lui-même motard. « Cette décision imposée par l’Union européenne a été insufflée par le lobbying des grandes entreprises du secteur », affirme-t-il.

« L’Union européenne et le Gouvernement wallon réalisent ainsi le souhait d’une multinationale comme DEKRA (Allemagne), dont les bénéfices s’élèvent à 3,4 milliards d’euros, poursuit le député de gauche, ou encore la société suisse SGS, leader mondial du secteur, qui a réalisé plus de 6 milliards d’euros de bénéfices en 2020. »
« Ces sociétés ont directement participé à l’écriture d’un rapport pour la Commission selon lequel le contrôle technique serait nécessaire pour assurer la sécurité des motards, explique le député de gauche. Mais ce n’est pas la sécurité des motards qui les intéresse. Cette décision vise surtout à leur faire les poches. Gérald Frère, le fils de feu Albert Frère, quatrième fortune belge et actionnaire principal de SGS, doit s’en frotter les mains. »

Toutefois, les associations européennes de motards ont démontré que ce rapport n’était pas valide scientifiquement.. « Les études scientifiques menées ces dernières années démontrent que les accidents de moto dus à des défauts techniques du véhicule sont extrêmement rares, commente John Beugnies. Les motards savent déjà que s'ils ne prennent pas bien soin de leur machine, ils se mettront en danger. Un tel contrôle est donc inutile. La raison de sa mise en place est en réalité uniquement financière. »

« Au départ, la Commission européenne avait prévu que les États puissent demander une dérogation s'ils mettaient en place des mesures alternatives, explique le député de gauche. Mais le Parlement européen a voté récemment une recommandation demandant à la Commission de mettre fin à ces possibilités de dérogation. Le Gouvernement wallon et Valérie De Bue doivent donc prendre clairement position et renoncer à la mise en place de ce contrôle technique. La mobilisation des motards a déjà permis de faire reculer la ministre en reportant la date d’entrée en vigueur du contrôle. Elle va continuer jusqu’au retrait total de tout contrôle technique moto en Belgique. Le PTB sera à leurs côtés dans cette lutte, et ce dès la manifestation du 22 mai. »

Télécharger le dossier complet.