Photo Comac

Aujourd'hui, à 15h, des jeunes de Comac et RedFox, les mouvements étudiant et de jeunesse du PTB, étaient réunis à Bruxelles pour célébrer la Pride. « Nous nous battons pour le droit d'être soi-même, indépendamment de son genre, de sa couleur de peau, de sa religion ou de son orientation sexuelle. C'est pour ça que nous disons haut et fort : “protest with pride”, “protestez avec fierté”. »

Cela fait des dizaines d'années que les personnes LGBTQ+ se battent pour des droits égaux. Sur le plan juridique, cela a déjà permis des avancées considérables. « Sur le papier, ces droits ont bel et bien été obtenus, mais dans le quotidien de nombreuses personnes LGBTQ+, ils sont encore régulièrement baffoués », souligne Lisa Boyon de Comac.

En Hongrie, une nouvelle loi interdit, entre autres, d'évoquer les questions LGBTQ+ devant les enfants. « En Belgique aussi, le discours homo- et transphobe de la droite gagne du terrain et le “gay bashing” reste omniprésent », ajoute Luna Bauwens de RedFox.

C'est la raison pour laquelle Comac et RedFox se sont rassemblés place de l'Albertine à Bruxelles pour célébrer la Pride. « Nous nous battons pour le droit d'être soi-même, indépendamment de son genre, de sa couleur de peau, de sa religion ou de son orientation sexuelle », explique encore Lisa Boyon.

L'article continue en-dessous des photos.

La date du 28 juin n'a pas été choisie au hasard. C'est aujourd'hui le 52e anniversaire des émeutes de Stonewall, à New York, où les clients d'un bar gay avaient décidé de se défendre contre la police qui les harcelait sans cesse en raison de leur sexualité et de leur expression de genre. Pour Lisa Boyon, « aujourd'hui, être soi-même reste “radical”. C'est encore et toujours considéré comme un “choix courageux”. Mais ça devrait être normal, non ? »

« Après une loi pour faire travailler les gens plus longtemps et des mesures contre les migrants, voici maintenant une nouvelle loi anti-LGBTQ+ en Hongrie, déplore Marc Botenga, eurodéputé PTB. L'exemple hongrois illustre parfaitement la manière dont l'extrême droite tente de diviser les gens. Et nous voyons que les amis d'Orban dans chez nous, Schild en Vrienden et le Vlaams Belang, vont dans le même sens. Nous ne pouvons pas les laisser faire. La Pride reste plus que jamais nécessaire, partout en Europe. Je suis donc très heureux que les jeunes de Comac et de RedFox fassent entendre leur voix. C'est en luttant ensemble que nous resterons unis. »

Suivez le PTB