Les députés wallons du PTB ont été afficher leur soutien à l'action des travailleurs des CISP. (Photo Solidaire)

Ce mercredi 26 juin, les travailleurs des Centres d’Insertion Socioprofessionnels (CISP) s’étaient rassemblés devant le parlement wallon, à Namur. L’objectif de cette manifestation ? Mettre fin aux menaces proférées par le ministre wallon de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet (MR). Celui-ci menaçait de ne pas verser des subsides, menaçant 2000 emplois. Grâce à cette mobilisation, les travailleurs lui ont fait ravaler son chantage. Les députés PTB, présents pour marquer leur soutien à ce mouvement, se réjouissent de cette victoire.

« Être prêt à sacrifier 2 000 emplois pour mettre une pression politique est inacceptable, d’autant plus de la part du ministre de l’Emploi, réagit le député wallon du PTB Germain Mugemangango. Ces méthodes de chantage avaient pour but de faire plier les CISP, mais les travailleurs ont tenu bon et se sont battus. C’est une magnifique victoire. »

En effet, le ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet (MR), avait menacé de supprimer 30 millions de subside aux CISP si ceux-ci ne signaient pas le nouveau « contrat de coopération » avec le Forem préparé par le gouvernement. Ce contrat prévoyait l’intensification de la chasse aux chômeurs, soutenue par les partis traditionnels. Le Forem aurait en effet pu exclure des chômeurs sur la base des informations des CISP. Or sans leur dotation, les 153 centres de formation qui forment les travailleurs les plus éloignés de l’emploi à travers toute la Wallonie n’auraient eu d’autre choix que de fermer leur porte.

« Jusqu'au dernier moment, le MR essaie de poursuivre son entreprise de casse sociale généralisée, poursuit Germain Mugemangango. Le gouvernement a voulu profiter de ce nouveau contrat de coopération pour imposer le flicage des demandeurs d'emploi en permettant la transmission des informations nécessaires à la mise en place des sanctions. Nous avons besoin d’une rupture claire avec la politique wallonne de chasse aux chômeurs chère aux partis traditionnels. Soixante fois plus de travailleurs sans emploi ont été exclus du chômage en Wallonie qu’en Flandre ou à Bruxelles. »

Le PTB invite les partis traditionnels à officiellement renoncer à la politique de sanction des chômeurs qui, en plus d'être inefficace, donne lieu à ce genre de dérives. Le parti de gauche authentique s’oppose à ce que le gouvernement utilise les CISP comme instrument de sanction et d’exclusion des chômeurs.

« Les CISP représentent un secteur essentiel pour aller à la rencontre de tout un public éloigné de l'emploi et qui a, plus que jamais, besoin d'accompagnement, conclut Germain Mugemangango. Il n'y a pas lieu de le fragiliser, mais de le soutenir. »


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Alain Warnier
    a commenté 2019-06-29 15:56:49 +0200
    La présence des 10 des élus PTB parmi nous à la manifestation de Namur est un bon signal envoyé aux travailleur quant à la volonté de ce parti de de les défendre. Merci pour ce premier geste de solidarité qui a été très remarqué par les participants. Continuons le combat !
  • fernand soupart
    a commenté 2019-06-27 15:03:54 +0200
    bien fait pour sa grande geule a Pierre-Yves Jeholet (MR) , il on suffisament fait de dégat assez le MR il et temps qu il paye les pot casser , si s erait de moi je lui dirait s et honteux s et une honte pour le MR

Nous avons besoin de votre soutien