Germain Mugemangango, député PTB au Parlement wallon. (Photo : PTB)

Alors que les discussions budgétaires vont débuter au Parlement wallon, le PTB constate que le budget 2021 n'est pas à la hauteur de la crise économique et sociale en cours. « Il y a des restructurations et des plans de licenciements en masse dans toute la Wallonie, quelle est la réponse du gouvernement là-dessus ?, questionne Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon. Le plan de relance de la Wallonie est trop lent, on doit agir maintenant, en investissant dans des secteurs publics et non en donnant des cadeaux aux multinationales. »

« Ryanair, GSK, Britte, General Electric, Mega World, Lunch Garden, Bekaert, Industeel… Les annonces de restructurations et de licenciements se multiplient actuellement, constate Germain Mugemangango. C'est le résultat d'une politique qui a donné tout le pouvoir au privé sans contrôle des pouvoirs publics. Il est temps d'inverser cette tendance. Il faut investir dans des secteurs clés comme l'énergie ou le digital en créant des structures publiques qui répondent aux besoins de la population et seront sources d'emplois décents et stables. »

Cet investissement dans les services publics passe, par exemple, par la mobilité. « Les transports en commun doivent être mieux financés, ajoute le député de gauche. Pendant plusieurs années, le financement du TEC n'a pas été correctement indexé, ce qui a créé un déficit de 94 millions d'euros. Un trou qui n'a toujours pas été comblé. Cela doit être corrigé. »

Les Wallonnes et Wallons connaissent une crise du logement : plus de 40 000 ménages sont en attente d'un logement social et les loyers ne font qu'augmenter. « Pourtant, hormis le plan de rénovation du parc public, qui en a bien besoin, aucun plan massif de construction de logements sociaux n’est prévu pour répondre à la demande, poursuit le député. Pire encore, de nombreux logements sociaux sont transformés en logements “à loyer d'équilibre”, loués au prix du marché. Alors qu’ils étaient moins de 200 en 2010, il y en a plus de 1 200 aujourd'hui. Et la tendance se poursuit, ce qui restreint encore l'accès au logement pour les personnes précarisées. »

« Pour financer ces mesures, le gouvernement wallon doit mettre fin à sa politique opaque de cadeaux aux grandes entreprises et revoir les aides aux entreprises et à l’emploi, plaide Germain Mugemangango. La CSC a dit récemment qu'on pouvait aller chercher 1 milliard d’euros en remettant à plat cette politique. Le CESE est d'accord pour évaluer ces aides. Pourtant il n'y a aucune remise en cause de ces mécanismes dans le projet de budget. Au contraire : le gouvernement a ajouté 15 millions d'euros pour les grandes entreprises dans le cadre du Carbon Leakage. »

« Pour l'instant, le gouvernement semble plutôt se diriger vers une cure d'austérité, indique le député PTB. Avec leur “budget base zéro”, ils parlent d'économiser 1,5 milliard d'euros, ce qui ne va pas pouvoir se faire sans casse dans les services publics. Il faut au contraire renforcer ces derniers pour pouvoir répondre aux besoins de la population et aux défis climatiques et sociaux. »

« Alors que la population subit de plein fouet la crise, les privilèges des politiques sont maintenus, s'insurge Germain Mugemangango. Aucune diminution des salaires des ministres et députés n'est envisagée et on continue à payer des collaborateurs aux anciens ministres. Après, on s’étonne que le citoyen soit dégoûté par la politique, quand il constate l’existence de tels privilèges, alors que lui-même doit se serrer la ceinture. »

Suivez le PTB