.

Un an et demi après que le PTB a demandé la levée des brevets, les membres du gouvernement belge reconnaissent désormais eux aussi la nécessité de cette mesure. Notamment aujourd'hui-même par la voix de la ministre Ministre fédérale de la Coopération au développement Meryame Kitir (Vooruit). Cet appel avait déjà été soutenu par plusieurs figures de proue des partis de gouvernement : socialistes, écologistes et même certains libéraux. Mais au niveau européen et à l'Organisation mondiale du commerce, le gouvernement belge demeure l'un des plus ardents défenseurs des brevets.

« Il est temps que les partis au gouvernement joignent l’acte à la parole », déclarent Marc Botenga et Sofie Merckx, respectivement eurodéputé et députée fédérale pour le PTB. Le parti de gauche soumet donc à nouveau sa proposition au parlement et demande un vote d'urgence. « Jusqu'à présent, le lobby de Pharma.be a fait en sorte que la Belgique ne fasse rien pour lever les brevets, souligne Sofie Merckx. Au contraire. Pourtant, jamais la levée des brevets sur les vaccins n'a été aussi urgente. Aujourd'hui, la Belgique peut et doit jouer un rôle d’avant-garde dans ce domaine. »

Car dans les pays pauvres, à peine 3 % de la population est vaccinée. Les pénuries de vaccins contribuent à la circulation du virus et engendrent des foyers pour de nouveaux variants. L’arrivée du variant Omicron illustre à quel point il est urgent de lever les brevets sur les vaccins. Ces brevets bloquent le partage de la technologie des vaccins au détriment les autres pays et entreprises.

Le PTB a mis la proposition sur la table pour la première fois au début du mois de mai 2020. Cette année encore, le parti de gauche a soumis cette proposition au Parlement à trois nouvelles reprises. À l’époque, la proposition n'avait reçu aucun soutien des partis au gouvernement. Une carte blanche de la ministre Kitir et de sa collègue de parti Kathleen Van Brempt montre aujourd'hui qu’entre-temps, plusieurs partis de la majorité semblent avoir vraiment changé de position. C’est pourquoi le parti de gauche soumet à nouveau sa proposition.

« Il est temps que le gouvernement joue cartes sur table, déclare Sofie Merckx. La situation actuelle n'est plus tenable. Pas das notre pays, et encore moins dans le reste du monde. C’est criminel de continuer à bloquer la proposition de lever les brevets. »<
Sous la pression de la vaste initiative citoyenne européenne « Pas de profit sur la pandémie », les eurodéputés belges de la coalition Vivaldi ont récemment voté à la quasi-unanimité en faveur d'une résolution appelant à s'attaquer aux brevets. Une petite révolution. En avril 2020, le député européen PTB Marc Botenga était encore pratiquement seul à demander la levée des brevets. « Il est grand temps que leurs belles paroles au Parlement européen se traduisent en actes en Belgique, conclut Marc Botenga. Plus de vaccins, moins de variants. De cette façon, nous pourrons mettre fin à cette pandémie plus rapidement. »