Augmentation du Rail Pass de 77 à 83 euros, le PTB veut un moratoire sur les augmentations des prix de la SNCB

Photo Solidaire, Thomas Hamerlijnck.

Face à la hausse des tarifs SNCB qui doit avoir lieu ce 1er février, le PTB demande un moratoire sur la hausse des tarifs. « Augmenter les tarifs de la SNCB, c'est se moquer des revendications des dizaines de milliers de personnes qui descendent dans la rue pour demander une politique climatique ambitieuse », dénonce Raoul Hedebouw. Le PTB défend également la gratuité du trajet en train domicile-travail.

Alors que des milliers écoliers manifestent pour le quatrième jeudi de suite pour exiger une politique climatique ambitieuse, la SNCB augmente ses tarifs ce 1er février. L'augmentation la plus spectaculaire est celle du Rail Pass (10 voyages libres en Belgique), qui passe de 77 à 83 euros, soit une hausse de près de 8 %. Le Go Pass (pour les jeunes de moins de 26 ans) augmente, lui, de 52 à 53 euros. Le prix d'un abonnement domicile-travail et de l'abonnement scolaire augmente lui de 1,18 %.

« C’est un mauvais signal. Cela revient à se moquer des revendications des dizaines de milliers de personnes qui descendent depuis des semaines dans la rue pour exiger une politique climatique plus ambitieuse, réagit Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB. Augmenter les tarifs de trains, c'est la meilleure publicité pour la voiture. Sans oublier que le week-end dernier, la SNCB avait prévu un tarif avantageux pour les voyageurs qui se rendaient au salon de l'auto… mais pas pour ceux qui se rendaient à la manifestation pour le climat. C'est à se demander si le lobby de la voiture n'a pas pris le contrôle de la SNCB. »

« En tout cas, ce n'est pas ainsi que la SNCB attirera davantage de voyageurs, comme elle prétend le vouloir, poursuit le député de gauche. Car, en plus de ces hausses tarifaires, les usagers de la SNCB doivent subir les retards à répétition, les fermetures de guichets et de gares, les menaces qui pèsent sur certaines lignes, etc. »

Le PTB veut résolument inverser la tendance : « Attirer de nouveaux usagers demande une baisse drastique des tarifs. C'est le sens de notre programme en 10 points pour une révolution climatique sociale. Nous demandons un moratoire immédiat sur les hausses de tarifs. Nous proposons également d'instaurer la gratuité des trains pour les déplacements domicile-travail, pour les pensionnés, les demandeurs d’emploi, les mineurs et les étudiants. D'ici quelques mois, le Luxembourg sera le premier pays au monde à disposer de transports publics entièrement gratuits. Inspirons-nous de cet exemple plutôt que de continuer une politique tarifaire aussi antisociale qu'anti-environnementale. »

La gratuité n'est bien sûr pas suffisante pour régler les problèmes climatique et éviter les files sur nos routes. Raoul Hedebouw : « Avec notre Feuille de route 2030, une vision nationale sur les transports publics, notre objectif est de tripler d’ici 2030 le taux d’utilisation des trains, trams, bus et métros pour les déplacements. Cela passe notamment par une liaison de quatre trains par heure entre les grandes villes du pays, ainsi que sur les lignes de et vers les agglomérations et environs. Pour garantir la ponctualité des trains, nous voulons procéder à des investissements supplémentaires en personnel et matériel, et fusionner SNCB et Infrabel. »

Suivez le PTB