De droite à gauche et de haut en bas : Hugues Le Paige, Carine Russo, Paul Lootens, Josy Dubié, Irène Pêtre.

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, jamais le pays n’aura été gouverné par une droite aussi radicale et arrogante. Une droite ultralibérale au service déclaré du patronat qui a combattu les chômeurs, s’en est prise aux droits sociaux et aux services publics, a mené une politique indigne sur la question migratoire et a refusé d’adopter les mesures d’urgence pour faire face à la menace climatique et à la dégradation écologique. Ce bilan résume à lui seul l’enjeu des scrutins du 26 mai prochain.

Il est nécessaire à la fois de barrer la route à la droite libérale et d’empêcher que, comme dans le passé, des coalitions hétéroclites finissent par appliquer l’essentiel de son programme. Il faut s’opposer aux traités européens – acceptés par tous les autres partis- qui imposent les politiques d’austérité. L’enjeu est de modifier les rapports de force et dessiner les contours d’une alternative politique basée sur l’exigence sociale et l’urgence écologique. Sur ce dernier chapitre, il est essentiel que la gauche radicale défende une transition écologique qui se réalise dans la justice sociale.

Ces derniers mois, des femmes et des hommes de plus en plus nombreux, ici et ailleurs en Europe, ont manifesté avec force et par des voies diverses la nécessité de cette alternative. Les mots « égalité » et « justice » sont revenus au centre du débat politique. Avec l’action des Gilets Jaunes, la solidarité a pris un nouveau visage. Le front commun syndical a pleinement réussi la grève générale. Les femmes mènent un combat exemplaire pour leurs droits et pour une société enfin plus digne. Les jeunes dénoncent avec une vigueur sans pareil le système qui nous a conduits au désastre écologique. Ces mobilisations manifestent une forte volonté de changement que nous devons aussi traduire dans les urnes.

Nous, citoyen.ne.s, organisé.e.s ou non, militant.es associatifs, syndicaux, politiques, enseignants, intellectuels, artistes et créateurs.trices sommes convaincus que seul.e.s des élu. e. s nombreux/ses de la gauche radicale peuvent porter ce combat et ces exigences. C’est pourquoi nous appelons à voter en faveur des candidat.e.s du PTB aux différents scrutins du 26 mai prochain. Nous ne partageons pas tous les points du programme du PTB, mais dans le contexte actuel, seul un vote PTB nous apparaît comme le vote utile à toute la gauche. Nous partageons la volonté de la FGTB wallonne de voir se constituer une majorité progressiste si elle s’avère possible. Mais force est de constater que le PS nous a habitués à mener des campagnes électorales à gauche et à appliquer ensuite des politiques sociale-libérales. Tandis qu’Ecolo semble ne plus vouloir se situer sur cet axe gauche/droite. Et de toute manière, rien ne sera possible sans un pôle de gauche radical renforcé.

L’arrivée d’élu.e.s PTB en 2014 a été bénéfique pour l’ensemble de la gauche. Dans les institutions, ils/elles ont joué un rôle important : relais des luttes sociales et écologiques, critique sévère de la politique gouvernementale, propositions alternatives et pressions sur la gauche traditionnelle qui doit désormais rendre des comptes. Les avancées spectaculaires du PTB lors des dernières élections communales doivent confirmer ce rôle au plan local. Certes, nous aurions souhaité que cela se traduise par des participations à des majorités communales. Mais sans épiloguer sur les responsabilités des uns et des autres, force est de constater que les temps n’étaient pas encore venus.

Les élections du 26 mai doivent donner plus de force à la gauche radicale. C’est vital pour la construction d’une force politique autonome, c’est vital pour la gauche dans son ensemble qui y puisera plus de vigueur, c’est aussi vital pour la démocratie que d’offrir une alternative à ceux qui, rebutés par les dérives de la politique politicienne, se réfugient dans l’abstention et le rejet de tout projet collectif.

Les enjeux sont multiples au niveau fédéral et régional, mais aussi européen où chaque élu .e de la gauche radicale sera un barrage supplémentaire à l’offensive des forces nationalistes, ultralibérales et d’extrême droite. Ce choix nous semble crucial à un moment où jamais, depuis le XIXe siècle, le capitalisme n’a été aussi prédateur et où la multiplication des crises sociales, économiques, écologiques et politiques menace nos espérances démocratiques et l’existence même des générations futures.

Signataires


Montrer 7 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Jacques Chevalier
    a commenté 2019-05-14 07:54:15 +0200
    Etonné de ne pas me voir dans les personnes soutenant le PTB pour les élections du 26 mai 2019 alors que c’est écrit en première page du site www.vivaptb.be que je gère, alors que je le répète depuis des mois sur mes pages facebook pourtant vues par nombre de membres et candidats du PTB, voulez-vous bien m’inclure dans la liste des signataires de l’appel : Jacques Chevalier, électeur PTB, militant résistant de la FdR, retraité.
  • Jean-Marie Lugens
    a commenté 2019-05-03 20:28:26 +0200
    Je suis reconnu handicapé depuis toujours. Je suis reconnu invalide mutuelle depuis 1991. Mon épouse est sur l’invalidité depuis 2017. Nous venons de recevoir notre calcul d’impôts (d’office) exercice 2019 revenus 2018. Nous devrons remboursé 312,72€!!! Merci le MR et vos complices !!!
  • freddy allebosch
    a suivi cette page 2019-05-02 03:43:05 +0200
  • Albert Ponassi
    a suivi cette page 2019-05-01 19:13:51 +0200
  • fernand soupart
    a commenté 2019-04-30 20:47:26 +0200
    ps j oublier je vous comprend Catherine Boric , j ai également une personne de ma famille qui et sur la mutelle qui a eu un grave accident , il me dise tous les jour s et un combat , se qui me révolte s et que les ministre on des salaire exorbitant pour eux vivre mais son pas capable de penser a ceux qui son dans la merde ( excuser de l expression ) car pour eux s et tous facille de payer les facture gaz et electriciter mais pour ceux qui son dans le besoin save pas faire un effort si taxer taxer taxer et taxer il ne vois que le fric voila se qui me révolte , pour moi se que je dit tous sortir dans la rue fourche a la main et batton dans l autre et allons les matraquer et le foutre dehors
  • fernand soupart
    a commenté 2019-04-30 20:40:14 +0200
    quand je dit que le pays vas mal trés mal , le pays vas a la ruine et droit dans le mur sa s et sur , je le vois tous les jours des malades des gens qui son sur la mutuelle ben il s en sorte plus il arrive plus a noue les deux bout en fin de mois ni meme fait un cadeaux a sa femme ou s et enfant tellement il on dur meme plus de vacance pour souflet un peut , mon a causse de qui cela a nos chére idiot de ministre qui save pas réfléchir plus loin que leur bout du nez il sont tellement bette , mais quand certain comme le PTB dit la vériter cela dérange , pour moi il temps de que l on sorte de se bourbier et qui l on revalorise les pension , mutelle , etc etc
  • Catherine Boric
    a commenté 2019-04-30 18:19:48 +0200
    Pour les personnes qui sont à la mutuelle on en parle pas pourtant non seulement d avoir rue la mal chance d y être mon statut de femme et et l estime de moi et il y en a plus car avec 1200€ par moi quand tout est payé il ne me reste plus que 149€ et j ai besoins de médicaments qui coûte plus que 149€ plus de vacance,plus de coiffeur, plus de sortie plus aucun achat pour me sentir femme et bien je peux vous dire que je suis gênée d être belge je vis sous le seuil de pauvreté et je ne peux jamais offrir un cadeau pour les fêtes à ma fille et sa sa fait mal . Je ne croie. Plus en aucun partis et même plus en aucune religion je suis esseulée chez moi et je mange que des pommes de terres ou du pain avec un peu de margarine pas du beurre ,25 ans que je ne suis plus allée au restaurant. J ai honte de moi et de sortir avec des habits qui date de 30ans en arrière. Merci pour tout se désespoir.

Nous avons besoin de votre soutien