Sous la Vivaldi, les taxes sur l'énergie ont augmenté de plus de 100 euros : supprimons l'augmentation des accises

Vous avez le sentiment que votre facture d’énergie explose malgré les belles paroles du Gouvernement ? Ce n’est pas qu’une impression. Une nouvelle analyse de notre service d’études révèle que les ménages belges paient aujourd’hui en moyenne 102 euros de taxes en plus qu’il y a quatre ans… D’où vient cette augmentation ?

Jeudi 21 décembre 2023

Une femme assise dans un canapé affiche un air perplexe en découvrant sa facture.

Sous le gouvernement Vivaldi, nous payons plus de taxes sur l'énergie. Voilà la réalité. Notre dernière étude le prouve. Et il faut que ça cesse. C'est pourquoi notre député à la Chambre Peter Mertens a déposé une proposition de loi visant à supprimer l'augmentation des accises et à faire contribuer Engie davantage.

L’analyse de notre service d’études le prouve : aujourd'hui, les ménages belges paient en moyenne 102 euros de taxes en plus sur leur facture d'énergie qu'il y a quatre ans. Par conséquent, les recettes du gouvernement provenant des taxes sur l'énergie ont augmenté d'environ 351 millions d'euros par an par rapport à 2019.

Donner d’une main, reprendre de l’autre

Cette augmentation est due à la réforme de la facture d’énergie introduite par le gouvernement fédéral en avril de cette année. La TVA sur le gaz et l'électricité est restée à 6 %, mais selon nos calculs, les nouvelles accises anéantissent les effets positifs de cette mesure. « Alors que les prix de l'énergie continuent d’exploser, nos taxes n'ont pas diminué sur la facture d'énergie, contrairement à ce que prétend le gouvernement, déclare Sofie Merckx, cheffe de groupe PTB à la Chambre. Pourtant, il est tout à fait possible de réduire les taxes sur l'énergie : il faut oser aller chercher l'argent chez Engie, qui continue à réaliser des milliards de surprofits sur notre dos. » Sofie Merckx a déposé une proposition de loi visant à supprimer l'augmentation des accises décidée par le gouvernement et à réduire la facture d'énergie de 264 euros.

Il est tout à fait possible de réduire les taxes sur l'énergie : il faut oser aller chercher l'argent chez Engie, qui continue à réaliser des milliards de surprofits sur notre dos.

Sofie Merckx

Cheffe de groupe PTB à la Chambre

Les calculs basés sur les chiffres de la CREG montrent que les gens se ruinent à cause de leur facture d'énergie, non seulement en raison de la hausse des prix sur le marché international (+152 % sur une facture moyenne), mais aussi en raison de la décision du gouvernement fédéral d'augmenter les prélèvements sur les factures de gaz et d'électricité (+73 %). Ces prélèvements plus élevés anéantissent le bénéfice de la réduction de la TVA (- 48 %) et font qu'aujourd’hui, un ménage moyen paie 102 euros de plus en taxes sur l’énergie qu'en 2019.

Nous avons une proposition de loi toute prête pour annuler l'augmentation des accises : « Cette décision simple peut être prise dès aujourd'hui et permettrait de réduire immédiatement la facture d'énergie de 264 euros. C’est tout sauf un luxe, avec l'hiver qui approche et les prix de l'énergie qui restent très élevés. »

« Nous pouvons réduire immédiatement la facture de 264 euros »

Selon Sofie Merckx, il s’agit d’une décision importante, si le gouvernement veut tenir ses promesses : « Le gouvernement fédéral, socialistes en tête, prétend protéger le pouvoir d'achat de la population. Les faits contredisent cette affirmation. Aujourd'hui, les gens paient peut-être moins de TVA sur l'énergie, mais beaucoup plus d’accises. Qu'il s'agisse de la TVA ou des accises, tout sort du même portefeuille, qui se vide de plus en plus vite pour de nombreuses personnes. La bonne nouvelle, c’est que le gouvernement peut prendre des mesures dans un avenir proche. Notre proposition de supprimer de l'augmentation des accises sur l'énergie est prête à être votée. »

Pour financer cette mesure, le parti de gauche se tourne vers Engie-Electrabel. « Engie a récemment annoncé qu'elle revoyait nettement à la hausse ses prévisions de bénéfices pour cette année, les portant à plus de 5 milliards d'euros, note Sofie Merckx. Engie continuera à réaliser d'énormes surprofits sur notre dos jusqu'à fin 2025 au moins. Il est inacceptable qu'une multinationale s'enrichisse et que le gouvernement augmente encore les taxes sur notre facture d'énergie, alors qu'une grande partie de la population éprouve des difficultés à joindre les deux bouts. Nous demandons au gouvernement fédéral de revenir sur sa décision de mettre fin à la taxation des surprofits. Il faut faire en sorte qu'Engie contribue équitablement pour protéger le pouvoir d'achat de la population. »