Actions de grève du zèle chez Swissport : le PTB veut un statut pour les travailleurs de l'aéroport

Photo : Belga

Chaque été, c'est la même chose. Avec les départs massifs des vacances, le problème du manque de personnel à l'aéroport est plus aigu que jamais. Cette fois, ce sont les employés de Swissport qui tirent la sonnette d'alarme. Depuis mardi matin, ils travaillent exactement selon les règles. Des actions de grève du zèle sont menées pour obtenir davantage de personnel. Pour le PTB, c'est la énième preuve qu'il faut d'urgence une solution structurelle et que la question du personnel de l'aéroport doit enfin devenir prioritaire.

Depuis mardi matin, les employés mènent des actions de grève du zèle. Cela veut dire que le personnel travaille strictement selon les règles. Les consignes de sécurité, les pauses, etc. sont pour une fois bel et bien respectées. Les travailleurs n'acceptent pas que Swissport n'engage pas de personnel supplémentaire afin de pouvoir travailler dans des conditions humainement correctes pendant les mois d'été.

Les consignes de sécurité, les pauses, etc. sont pour une fois bel et bien respectées.

Dans le passé, les syndicats avaient conclu un accord avec la direction pour qu'après cinq ans, tout le monde ait un contrat temps plein. Toutefois, de nombreux travailleurs doivent continuer à s'en sortir avec un contrat de 75%. Ceux-ci sont souvent appelés à faire des heures supplémentaires. On leur notifie le soir que, le lendemain, ils doivent travailler huit heures au lieu de six. Dans les faits, ils s'agit d'heures supplémentaires planifiées, ce qui est en fait interdit.

Cette manière de travailler complique l'organisation de la vie privée et familiale mais, de plus, ces travailleurs ne gagnent pas plus pour ces heures supplémentaires prestées puisque celles-ci doivent être récupérées en dehors de la haute saison. Lors d'autres années, on ajoutait 25% au contrat pendant les mois d'été afin que ces personnes aient un contrat à temps plein à cette époque de l'année. Cela rendait quand même le travail un peu plus faisable pour l'ensemble du personnel. Le fait que même cela n'est plus appliqué a contraint le personnel à passer à des actions.

L'exploitant de l'aéroport a pris parti

Il est d'autre part frappant que la direction de Swissport ait tenu mercredi une réunion avec l'exploitant de l'aéroport (BAC) pour examiner comment briser les actions du personnel. Prendre du personnel supplémentaire est tout à coup devenu une possibilité, alors que les délégués empêchaient l'accès au cœur opérationnel de l'aéroport. BAC a donc pris parti dans un conflit social, au détriment des intérêts du personnel. En balayant les problèmes du personnel sous le tapis, l'exploitant de l'aéroport crée une base pour de futurs conflits sociaux.

Vers une solution structurelle

La lutte de concurrence entre les sociétés de traitement des bagages à l'aéroport engendre une pression énorme sur le personnel. Dans le but de garantir les bénéfices, il faut travailler pour de moins en moins d'argent, de manière de plus en plus flexible et avec moins de personnel. Pour mettre fin à cette spirale négative, le PTB veut créer un statut pour les travailleurs de l'aéroport.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Nous avons besoin de votre soutien