Photo : Karina Brys

Pour la 6ème semaine d'affilée, des millers de jeunes du Nord et du Sud du pays étaient dans la rue pour le climat. Un mouvement toujours plus large réunissant les écoliers mais aussi les étudiants du supérieur et même, pour la première fois, des travailleurs, réunis à l'appel de Workers for Climate.

Avec 15.000 manifestants à Bruxelles et des multiples autres actions locales pour le climat, la jeunesse a encore prouvé dans la rue qu'elle ne lâche rien. Sa détermination résiste à toutes les tentatives d'intimidation, à toutes les attaques et toutes les fake news lancées par les partis de droite.

Ce gouvernement a manifestement une fameuse épine dans le pied après la grève générale qui a paralysé tout le pays ce mercredi. Le mouvement des jeunes pour le climat a pris le relai du mouvement social des travailleurs et, pour la première fois, des ponts se sont mêmes créés. Des élèves, parfois jeunes, étaient présents hier aux piquets de grève de différentes villes du pays. Et des travailleurs ont aujourd'hui marché aux côtés de de la jeunesse pour le climat.

Le message de cette unité naissante est clair : les menaces qui pèsent sur le climat ont les mêmes responsables que les menaces qui touchent les travailleurs au niveau de leur salaire ou de leur pension. Ce sont les grosses multinationales qui sont à la base de la toute grande majorité des émissions de gaz à effet de serre et qui écrase le monde du travail pour continuer à satisfaire le besoin de profits de leurs actionnaires.

Au lieu de toujours renvoyer la facture climatique aux citoyens, il est temps que les multinationales polluantes fassent leur part. Faisons le choix de solutions sociales pour lutter contre le réchauffement climatique : en refusant toute taxe carbone mais en exigeant le transport public gratuit par exemple.

"Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à une petite poignée de gens de continuer à gagner d'énormes sommes d’argent. Notre biosphère est sacrifiée pour que des personnes riches dans des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe.", lançait il y a quelques mois la jeune activiste suédoise, Greta Thunberg, aux dirigeants du monde réunis à la COP24. On peut déjà dire que son message va prendre encore plus d'ampleur dans les semaines à venir : Greta Thunberg, annonce sa venue à la manifestation qui se déroulera à Bruxelles la semaine prochaine. Et le 15 mars, c'est un appel à une grève mondiale pour le climat qui s'annonce. #WeAreTheClimateRevolution


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • fernand soupart
    a commenté 2019-02-14 15:42:39 +0100
    il et bien vrais notre civilisation et sacrifier , tous cela a causse de qui a ceux qui nous gouverne je vise plus spécialement le MR qui nous a voler notre argent pour s en richire , si il en a un du MR qui lits cela je lui dit voleur voila il ne pense qu a eux rien d autre a mettre de l argent dans leur poches , tous les multinationale telle que engie , ores , etc etc , qui fond des profits enorme , et on encore le toupet de réclamer des augmentation et de taxer encore plus , mais pour ceux la le climat il s en foute mais plus tard j espere qu il aura justice et von s en mordre les doigts ,une chose a tous ceux jeune et plus ager qui lute pour le climat bravo et continnuer et ne lacher rien , je participe aussi a sauver notre planete j e reduit le co 2 en intallent des panneaux , mais on veut nous foutre des baton dans les roues en nous taxent la dessus , se qui et du vole pur et simple donc bien la preuve que les dirigent s en foute du climat , s et vous maintenent d aller taper sur la table une bonne fois et de les foutre dehors et de cree un monde meilleur

Gardons le contact