Kim De Witte, spécialiste des pensions pour le PTB.

« L'âge légal de la pension reste à 67 ans, mais en réalité personne ou presque ne devra travailler jusqu'à 67 ans », a déclaré ce matin à la radio le président du PS Paul Magnette. En d'autres termes, il s'agirait d'une mesure symbolique qui ne toucherait personne ou presque. Le gouvernement de la Suédoise chantait déjà le même refrain : « Seule une personne sur dix devra travailler jusqu'à l'âge de 67 ans. »

« Ce n'est pas vrai du tout, répond Kim De Witte, spécialiste PTB des pensions. Il existe trois pistes pour prendre sa pension plus tôt : la pension anticipée, la prépension (RCC) ou la reconnaissance de la pénibilité du métier. Ces trois pistes sont peu à peu supprimées. »

« C'est pourquoi le PTB lance la campagne À 67 ans, tous les métiers sont pénibles. Une campagne pour une pension équitable, qui repose sur cinq piliers : ramener l'âge légal de la pension à 65 ans ; rendre la pension anticipée à nouveau accessible à partir de 60 ans, après une carrière de 35 ans ; développer les aménagements de fin de carrière à partir de 55 ans ; maintenir le droit à une prépension complète pour celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt dans un métier pénible ; et porter la pension légale à 75 % du salaire moyen ou du revenu professionnel, et la pension minimum à 1 500 euros nets après 40 ans de travail. »

Ces cinq piliers constituent une alternative aux plans en matière de pension du gouvernement, qui démolissent systématiquement nos droits à la pension. 

« En 2012, vous pouviez prendre votre pension anticipée après 35 ans de travail. Aujourd'hui, il faut avoir 42 ans de carrière au compteur. Une majorité de femmes n'y arrivent pas. En moyenne, les femmes qui, aujourd’hui, prennent leur pension atteignent 36 ans de carrière. Beaucoup d'entre elles ne pourront donc pas partir à la retraite à l'âge de la pension anticipée de 63 ans. Elles devront continuer à travailler jusqu'à l'âge de 64, 65 et bientôt 66 ou 67 ans. »

« La deuxième façon de prendre sa pension de manière anticipée consiste à prendre sa prépension ou le RCC. Le gouvernement Di Rupo a considérablement relevé les âges à partir desquels on peut accéder à ces régimes, et le gouvernement Michel a introduit la disponibilité pour le marché du travail. Une ou un membre du personnel soignant qui prend sa prépension aujourd'hui recevra demain un SMS avec une nouvelle offre d’emploi qu'il ou elle ne pourra pas refuser. Par conséquent, ce régime n’a plus rien d’attrayant. Sur le marché du travail actuel, le RCC en tant que départ anticipé à la pension a été de facto supprimé. »

« La troisième façon de prendre sa pension de façon anticipée consiste en la reconnaissance de la pénibilité de son métier. Le gouvernement Michel avait pris un engagement solennel à cet égard : une réglementation plus large verrait le jour, car de nombreux métiers sont trop pénibles pour être exercés jusqu'à l'âge de 67 ans. Cette promesse a disparu de l'accord gouvernemental de la Vivaldi, éliminant ainsi également la troisième option permettant de prendre sa pension plus tôt. »

Le PTB défend un système de pension équitable, ainsi que le droit au repos et à la liberté à l'automne de notre vie, et à un revenu digne. Le plan pension du PTB répond aux besoins et aux possibilités de la classe travailleuse.

Suivez le PTB