« Le gouvernement doit arrêter de prendre en otage les pensionnés et malades du pays »

Photo Solidaire, Geertje Franssen.

« Le gouvernement doit arrêter de prendre en otage les pensionnés et malades du pays », dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. En effet, un accord existe entre partenaires sociaux sur la répartition de l’enveloppe bien-être. L’enveloppe est budgétisée. Celle-ci sert entre autre à valoriser les plus petites pensions ou les allocations de maladie. Cette enveloppe est d’autant plus indispensable que ces allocations ont été fortement malmenées par le gouvernement Michel.

Pourtant, le gouvernement fait aujourd’hui du chantage vis-à-vis des pensionnés et des malades du pays. Il conditionne la bonne mise en œuvre de l’enveloppe bien-être à l’acceptation par les organisations syndicales de plus de flexibilité (120 heures supplémentaires) ou d’augmentations salariales minimales pour le salaire minimum.

« Pour le PTB, ce chantage est totalement inacceptable, déclare Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. Ces dossiers n’ont rien avoir les uns avec les autres et ne doivent pas être conditionnés l’un à l’autre. En d’autres mots, on ne peut pas prendre en otage les pensionnés ou les malades du pays dans le seul but de forcer certains reculs sociaux. Le gouvernement doit exécuter l’accord qui existe entre interlocuteurs sociaux dans ce dossier »

Si le gouvernement persistait à vouloir priver les pensionnés de leur dû, le PTB envisage de déposer une proposition de loi visant à faire exécuter l’enveloppe telle que négociée par les partenaires sociaux.

Le parti de gauche dénonce également, le projet du gouvernement d’imposer une marge minimum des salaires pour les deux années à venir : « Il est également inadmissible que le gouvernement envisage de forcer une marge salariale maximum de 1,1 % alors que cette marge ne satisfait personne chez les travailleurs. Les profits explosent, les CEO se servent, mais on impose aux travailleurs de ne pas exiger plus de 20 euros par mois d’augmentation salariale. »

Le PTB demande en urgence le vote de sa proposition de loi visant à abroger la loi de 1996 qui empêche une négociation libre des augmentations de salaires. Cela permettra de redonner des espaces à une véritable concertation sociale.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • fernand soupart
    a commenté 2019-03-29 19:39:21 +0100
    le gouvernement actuelle ( mr ) ne se souscie pas des gens des malade et pensionner il s et fous d eux , pour eux se qui compte s et taxe taxe et retaxe , et fric qui rentre dans leur poche voila le vrais probleme il sont incapable de se soucier des gens , rendez vous compte un pensionner qui touche 1100e par mois pour une carriere complet il sait meme pas allez en maison de retraite allez allez quoi meme les malade ne save meme plus se soigner , , quand on vois l idiote de debloc qui fait des cadeaux aux multinationnale pharmaceutique , pendant nous on creve de fain , je ne demande ou elle a eu son doctora a mon avis dans une boite a chique surment

Nous avons besoin de votre soutien