Gaby Colebunders (PTB) : « La question n'est plus de savoir si l’affaire a été étouffée, mais l’ampleur des dissimulations. »

Gaby Colebunders (PTB), interpelle le ministre De Crem sur l'affaire Chovanec. (Photo : Parlement fédéral)

« La question n'est plus de savoir si l’affaire a été étouffée, mais l’ampleur des dissimulations. » C’est suite à une question du député PTB Gaby Colebunders que l’actuel ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, a révélé que son prédécesseur, Jan Jambon, était bel et bien au courant des faits concernant la morte de Jozef Chovanec.

Il avait pourtant déclaré le contraire. Gaby Colebunders demande que toute la transparence soit faite et que des mesures soient prises pour éviter ce scénario à l’avenir. « Depuis deux ans et demi, les agents en question sont protégés et l’affaire étouffée. C’est un scandale pour tous ces agents honnêtes qui font leur boulot correctement. »


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Eric Moreels
    a commenté 2020-09-02 11:52:54 +0200
    Un article de presse, paru ce matin, relate qu’un second rapport a été rédigé par la Police Aéronautique de Charleroi. Ce rapport serait plus détaillé que le précédent mais ne mentionne en rien les faits qui ont été filmés dans la cellule du service de police. Le Cabinet ministériel est formel, il n’a jamais reçu ce second rapport. Il est plus que temps que la Commission de l’Intérieur et Justice s’interroge sur les destinataires de ce rapport et sur ce que ces derniers en ont fait. Il semblerait que les manquements graves dans la gestion de cette affaire soient attribués aux autorités de la Police Fédérale, qui n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Des précédentes graves affaires criminelles et terroristes en sont la preuve. Si ces manquements sont attribués aux autorités et services de la Police Fédérale, le citoyen est en droit de se questionner sur le rôle et la nécessité de cette police. Le citoyen peut-il encore avoir confiance en cette Police Fédérale ? Cette Police Fédérale est-elle encore nécessaire à la protection du citoyen ? La Commission d’enquête doit apporter une réponse à ces questions et en tirer les conclusions qui découleront des débats et investigations. Il faut également que le rôle de cette Commission serve à quelque chose. Le résultat des investigations de cette Commission doit permettre de poursuivre disciplinairement, voire pénalement, tous les responsables de cette affaire. De nombreux faits ont été étouffés au sein de la Police Fédérale et il est plus que temps d’arrêter ce festival de manquements, qui bien souvent est resté impuni.
  • Eric Moreels
    a commenté 2020-08-31 10:00:07 +0200
    Suite à la lecture d’un article de l’agence de presse Belga, paru ce matin, il semblerait que l’affaire a été étouffée. Selon cet article, il n’est nullement fait mention de l’intervention policière dans la cellule du service de police et de la réactions des policiers présents. Il semblerait donc que les fautifs dans cette affaire sont bel et bien les policiers et la hiérarchie du service de la Police Aéronautique de l’aéroport de Charleroi. Tant les policiers présents que la hiérarchie de ceux-ci sont responsables dans cette affaire. Les policiers présents devaient rédiger un rapport d’intervention relatant l’exacte vérité de la situation, et sachant que l’intervention était filmée, il était du devoir de la hiérarchie de visionner le film de l’intervention et d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Ici, rien de tout cela n’a été fait. Tous les niveaux de la hiérarchie policière ayant eu connaissance de l’affaire n’ont aucunement réagi, aucune enquête interne n’a été engagée pour approfondir la connaissance des faits. La Police Fédéral possède un service de Contrôle Interne qui est censé contrôler le bon fonctionnement des services de la Police Fédérale et qui peut être requis dans le cadre d’affaire “douteuse” au sein de la Police Fédérale. Il n’est donc pas difficile de comprendre que l’exactitude des faits ne soit pas arrivée au Cabinet du Ministre de l’Intérieur. Cette affaire est très grave, un homme est décédé et peut-être suite à des violences policières, et la Police Fédérale a fait preuve de manquements graves dans la gestion de cette affaire. Des conclusions doivent être tirées de ce fait et des mesures strictes, disciplinaires ou autres, doivent être prises envers tous les responsables policiers impliqués. Il ne faut pas être étonné que la population n’ait plus aucune confiance aux services de police de notre pays. Ce genre de situation peut gangrainer l’image de la police belge, dans son entièreté, tant au niveau national qu’au niveau international. Il ne faut pas oublier que la Commissaire Générale de la Police Fédérale, à l’époque des faits, est maintenant la Directrice Générale d’EUROPOL. Ces hauts responsables de la hiérarchie policière sont-ils encore crédibles ? Le fruit pourri contamine le panier " Police belge" et ne risque-t-il pas de contaminer le niveau policier européen ? Il faut espérer que la Commission d’Enquête Parlementaire agisse en tout transparence pour connaître la vérité et que les conclusions servent à prendre les mesures qui s’imposent.

Suivez le PTB