« La ministre Christie Morreale doit organiser immédiatement un dépistage généralisé dans les maisons de repos wallonnes »

Photo MPLP

« Nous sommes très inquiets quant à la situation dans les maisons de repos et quant au risque d’y voir survenir une seconde vague du coronavirus », explique Germain Mugemangango, chef du groupe PTB au Parlement wallon. « Des pics de contamination commencent à apparaître dans plusieurs maisons de repos du pays et si cela devait se multiplier en Wallonie, les mesures prises actuellement sont insuffisantes pour éviter une nouvelle tragédie. »

Dans la région de Charleroi, une maison de repos est confrontée à 18 contaminations. Près d’Anvers, un home est confronté à 44 contaminations de résidents et de travailleurs. Bref, il faut agir pour empêcher une nouvelle hécatombe.

Le député wallon s’inquiète du peu de proactivité de la ministre socialiste de la Santé Christie Morreale en la matière. « Selon les directives actuelles, une maison de repos devrait attendre d’avoir au moins deux cas de contamination avant qu’un dépistage généralisé ne soit seulement envisagé », poursuit le député du parti de gauche. « C’est une stratégie très dangereuse car elle décide de ne prendre aucune mesure préventive en matière de dépistage. En Flandre, nous avons vu qu’un cas positif n’a pas été détecté suffisamment rapidement, si bien que des dizaines de personnes ont été infectées. Un dépistage immédiat des membres du personnel et de tous les résidents des maisons de repos en Wallonie est indispensable et urgent. Et cette démarche doit être régulière. C’est le seul moyen de contrôler la situation afin d’éviter une nouvelle tragédie. Ne pas le faire serait irresponsable. »

Les experts plaident aussi pour un dépistage préventif et généralisé

« Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à le demander puisque plusieurs experts estiment que les mesures prises par le gouvernement sont insuffisantes et ne permettent pas au personnel de lutter efficacement contre le coronavirus », poursuit le député du PTB. « Pour eux, le système mis en place par Christie Morreale n’est pas assez réactif et ça peut causer une nouvelle tragédie. Ils plaident aussi pour un dépistage préventif et généralisé. A Bruxelles, un dépistage de tout le personnel des maisons de repos est déjà en cours. Pourquoi ce qui est possible à Bruxelles ne l’est pas en Wallonie ? C’est incompréhensible. »

La préoccupation essentielle du PTB est d’éviter une nouvelle tragédie. Et son chef de groupe de poursuivre : « La première vague a été particulièrement meurtrière dans les maisons de repos et a provoqué la disparition de 4 900 de nos anciens au niveau de tous le pays, dont plus de 1 500 en Wallonie. On peut dire qu’on a été surpris par la rapidité de propagation et la mortalité de la pandémie lors de la première vague mais maintenant on sait. Par respect par nos anciens, pour les familles et pour les membres du personnel, le gouvernement et en particulier sa ministre de la Santé doivent maintenant agir en conséquences. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Suivez le PTB