Photo d.r.

Le cabinet du ministre Jambon déclare qu'actuellement, « il y a des fonctionnaires qui peuvent prendre leur pension deux ans plus tôt parce qu'ils ne sont pas souvent ou jamais malades ». Qu'en est-il ? La réponse est très claire : fake news …

Jusqu'à présent, les fonctionnaires avaient droit à 21 jours de maladie payés à leur salaire normal. Après plus de 21 jours de maladie, on tombait sur un revenu de remplacement d'environ 60% du salaire. Si l'on avait été malade pendant moins de 21 jours sur une année, on pouvait reporter ces jours non pris sur l'année suivante. Cela permettait à une personne atteinte par exemple d'un cancer à un âge plus avancé de bénéficier de 100% de son salaire pendant une durée plus longue et de pouvoir faire face aux frais entraînés par la maladie. C'est ce système que le gouvernement veut supprimer, affirmant que les fonctionnaires qui ont été rarement malades peuvent partir plus tôt à la pension. Mais est-ce exact ?

Cinq faits :

1. Les fonctionnaires peuvent prendre des jours de maladie seulement s'ils sont effectivement malades. Ce qui est strictement contrôlé par les médecins-contrôle de Medex.

2. Le gouvernement veut supprimer le règlement maladie favorable aux fonctionnaires (statutaires). Pour l'ensemble de leur carrière, les fonctionnaires ont droit à environ 600 jours de maladie avec salaire garanti. C'est la raison pour laquelle par exemple une personne de 50 ans qui est absente pendant trois mois à cause d'un cancer ou d'un burn-out – et qui auparavant a été très peu souvent malade – peut conserver son salaire.

3. Le gouvernement veut désormais appliquer la même règlementation que dans le privé : après 30 jours de maladie, on est payé par la mutuelle, à raison de 60% du salaire. Il est donc logique que les fonctionnaires soient mécontents et qu'ils prévoient une action en septembre : en cas de maladie de longue durée, ils perdront 40% de leur revenu.

4. Il s'agit d'une économie antisociale opérée sur les malades de longue durée. Dans l'égalisation entre le public et le privé, au lieu de démanteler le système plus avantageux des fonctionnaires, c'est le système du privé qu'il faut améliorer.

5. Et, pour conclure, il faut savoir qu'en cas de maladie, les ministres et parlementaires sont toujours payés à 100% de leur salaire, et cela pour une durée illimitée.

Rendez-vous à l'action de septembre pour combattre cette nouvelle mesure antisociale du gouvernement.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact