Toute la lumière doit être faite sur la caisse des pensions des députés wallons et ces pensions élevées doivent être diminuées

.

Ce matin, on pouvait découvrir dans un article de presse le fait que la caisse de retraite des parlementaires wallons sera en déficit de 84 millions d’euros d'ici à 2035. « Toute la lumière doit être faite sur la gestion de cette caisse, explique Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon. Mais ce qui est déjà clair, c’est que les députés touchent des pensions trop élevées. En 3 mandats, 15 ans, ils se constituent une pension aussi importante que la plupart des travailleurs et des travailleuses qui mettent 45 années pour y arriver. C'est à nouveau un privilège inacceptable. »

Le chef de groupe PTB s’interroge sur le brouillard autour de la caisse de retraite des parlementaires wallons. Le député se dit interpellé de voir que le Président du Parlement, André Frédéric (PS), ne leur a fourni des informations que très parcellaires avant la réunion de l’assemblée générale de la caisse des pensions de mercredi dernier.

« Avant l’assemblée générale sur la caisse de retraite qui a eu lieu mercredi, nous avons reçu 3 pages de chiffres sans aucune explication. Rien d’autre de la part d’André Frédéric (PS), le Président du Parlement. Aucun contexte, aucune autre explication. Nous avions déjà posé des questions sur cette caisse des pensions lors de la dernière réunion de la commission des dépenses du Parlement qui s 'est tenue avant les vacances », rappelle le député de gauche.

« La première surprise dans cette réunion, c’est que Jean-Claude Marcourt (PS), ancien président du Parlement wallon, ne pouvait nous fournir aucune réponse, se disant totalement ignorant de ce dossier. La présidente de la commission, Joëlle Kapompole (PS) s’était alors engagée à organiser une réunion de la commission entièrement consacrée au sujet. Or, aucune date de réunion n’a été proposée par la suite. C'est un drôle de fonctionnement pour une majorité qui dit vouloir se battre pour la transparence concernant les dépenses publiques du Parlement wallon. » poursuit le chef de file qui va faire la demande aujourd’hui même de la convocation d’une nouvelle réunion de cette commission.

En 1999, le Bureau avait transmis des informations incomplètes et optimistes sur l’état financier de la caisse de retraite et proposé aux députés de diminuer la dotation du Parlement à la caisse de retraite. Cette proposition avait été validée par lesdits députés. L’argent ainsi dégagé fut par la suite utilisé pour engager un collaborateur mi-temps supplémentaire pour chaque député.

« C’est fou que cet argent ait servi de financement supplémentaire aux partis politiques. Les dotations aux partis sont déjà très élevées et ils ont rajouté un financement en plus de façon détournée. Ça ne fait que renforcer l’idée qu’il faut réduire les dotations aux partis politiques du Parlement wallon. » continue-t-il.

Le chef de file propose une solution pour résorber le déficit de la caisse des parlementaires tout en réduisant les privilèges des députés. « C’est assez simple, les parlementaires doivent réduire leur salaire qui est déjà très élevé, environ 6000 euros/mois. Mécaniquement, ça réduira la pension puisque le calcul est basé sur leur salaire. Il faut trois fois moins de temps aux députés pour avoir la même pension que ce que les travailleurs auront en 45 ans de carrière. C’est inacceptable », conclut le chef de groupe.