bpost

Les propositions de la direction de bpost ont été discutées aujourd’hui dans les instances syndicales. « Nous avons reçu un avis négatif unanime », a résumé la CSC. De son côté, la CGSP estime les propositions « insuffisantes » et demande « la réunion du front commun dans les plus brefs délais ». Retour sur cinq des raisons pour lesquelles les postiers rejettent le plan de la direction.

Les postiers n’en peuvent plus de la pression au travail, de devoir travailler toujours plus pour que les actionnaires touchent de gros dividendes. Ces derniers ont donc décidé d’arrêter le travail quelques jours. Quelles sont les raisons de leur colère et comment les aider à assumer un service essentiel au public ?

Diminution des boîtes aux lettres et augmentation des tarifs des timbres pour recevoir son courrier à temps : ce sont les deux dernières mesures que vient d’annoncer le CEO de bpost, Koen Van Gerven. Qui rêve de devenir le nouveau Jeff Bezos, le patron d’Amazon, l’homme le plus riche du monde. Le PTB a une vision totalement différente d’une vraie poste publique, moderne et efficace.

Bpost veut se séparer de 90 à 130 travailleurs dans son service à la clientèle (call centrer). Soit près d’un tiers des 375 travailleurs actuels. Et les remplacer en développant son site et les nouvelles technologies. Le PTB dénonce cette logique absurde qui jettera des travailleurs à la rue et fera baisser la qualité du service.

bpost veut engager des réfugiés comme facteurs. Il faut dire que manque de personnel chez bpost est criant, et cause des problèmes aux travailleurs. Cependant, cette proposition vise davantage à pratiquer le dumping social pour éviter d'améliorer les salaires et conditions de travail des postiers.

Ce lundi 20 juin, bpost a lancé « bringr » un service de « partage » pour la livraison de colis. Le projet a l’air sympathique. Mais quel impact ce genre d’application a-t-elle sur la situation d’une société ou d’un secteur ?  Quel impact Bringr aura-t-il sur bpost ou sur toute la société ? Quelle alternative?

Gagner 1 743 euros brut en fin de carrière est « très correct ». C'est ce qu'a déclaré le ministre Alexander De Croo (Open VLD), qui gagne 19 000 euros par mois, à propos du salaire des postiers auxiliaires. Par contre, ce même De Croo trouve insuffisant le salaire du CEO de bpost (39 000 euros par mois en 2014). Il vient en effet de modifier la loi de sorte que ce salaire puisse de nouveau atteindre un million d'euros par an.

Le ministre des entreprises publiques, Alexandre De Croo, a obtenu l'autorisation de diminuer la part de l'Etat dans bpost à moins de 50%. En outre, la loi sur la fonction publique qui obligeait bpost à ne travailler qu'avec des statutaires va être modifiée. Un péril pour l’entreprise, les travailleurs de ce service public et au final les usagers. La CGSP lance une grève tournante en province de Liège contre cette privatisation.

Le PTB dénonce la privatisation annoncée de Proximus et bpost voulue par Alexander De Croo.

Pourquoi le PTB donne-t-il un modèle 9 au gouvernement et à la direction de bpost ?

Pages