Energie

D'avril 2014 à septembre 2015, nous avons payé 6 % au lieu de 21 % de TVA sur l'électricité. Cette mesure a été obtenue suite à un long combat dans lequel le PTB a joué un rôle moteur. Le gouvernement Michel-De Wever, friand de taxes injustes, est revenu dessus. Et donc le PTB est reparti en campagne avec une nouvelle pétition.

« Il y a un problème de logiciel dans ce gouvernement. Vous avez décidé de vous battre à fond pour les classes les plus riches. J’espère que, dans les semaines et mois à venir, le mouvement populaire va reprendre le flambeau du combat et vous faire reculer. »

« Charles Michel sortira-t-il un jour de sa bulle dorée ? » Le Premier ministre a présenté sa déclaration de politique générale ce lundi 8 octobre au Parlment.  Pour le député fédéral et porte-parole national du PTB Raoul Hedebouw, il a une nouvelle fois déballé un discours rempli de nouvelles qui ne correspondent pas à la réalité de la Belgique d’en bas. Le vrai bilan du gouvernement, c’est qu’il n’y a jamais eu autant de profits pour les grands actionnaires, et jamais autant de précarité pour les gens.

Marco Van Hees met la politique de l'énergie du gouvernement en échec : « Vous avez trompé le peuple trois fois ! Avec le saut d’index et l’augmentation de la TVA à 21% sur l’électricité.

Le PTB est décidé à prendre en main le défi écologique et climatique. Le secteur de l’énergie doit être de nouveau dans les mains du public. Au niveau national mais aussi au niveau local ! A Liège, le PTB lance son idée de société coopérative publique de production d’énergie, avec le but quetout le territoire liegeois soit certifié 100 % renouvelable !

Un ménage belge dépense bien plus pour l’électricité que dans nos pays voisins. C'est ce que révèle une nouvelle étude du PTB, qui lance aussi une pétition pour baisser de la TVA sur l’électricité de 21 % à 6 %. Une mesure urgente, surtout quand on sait qu’avec la crise actuelle, les experts parlent d’une augmentation supplémentaire jusqu'à 150 euros.

Aujourd’hui, nous vivons la plus grande crise d'approvisionnement en électricité depuis 10 ans. Cette crise prouve la faillite complète de la libéralisation du secteur, défendue par tous les partis traditionnels ces 20 dernières années. Pour le PTB, ce n'est pas aux consommateurs de payer ces erreurs. Le parti de gauche propose comme mesure d’urgence une baisse immédiate de la TVA sur l’électricité de 21 % à 6 %. Ce 26 septembre, au Parlement, même la ministre Marie-Christine Marghem a dû reconnaître qu’il s’agissait d’une mesure à envisager.

Ce n'est pas le consommateur mais Electrabel et les autres multinationales de l'énergie qui doivent payer pour la crise de l'électricité, explique Tom De Meester, le spécialiste de l'énergie du PTB, qui constate qu'après dix ans de libre marché de l'énergie, « plus le temps avance, plus la situation devient complètement absurde ».

La maison-mère Engie a pompé 1,6 milliard d'euros dans Electrabel. « Les actionnaires sont en train de totalement vider Electrabel de sa substance, déclare Tom De Meester, le spécialiste de l'énergie du PTB. Mais la facture de plusieurs milliards pour le traitement des déchets nucléaire menace, elle, d'être servie à la population. »

Le PTB ne veut pas que le coût du Pacte énergétique soit facturé au petit consommateur, et il plaide pour plus d’ambition pour le climat. Pour le PTB, le pacte énergétique est une coquille vide ; ce sont les pouvoirs publics eux-mêmes qui doivent investir dans l’énergie durable et faire diminuer les émissions de CO2 de manière planifiée.

Pages