Y aura-t-il plus de transparence sur les accords secrets avec l'industrie pharmaceutiques, oui ou non ? Le PTB met en garde contre le lobby du secteur pharmaceutique

Le PTB dénonce le détricotage de la proposition de loi du sp.a et de la N-VA, visant à permettre au parlement d'avoir une vue sur les accords secrets conclus avec l'industrie pharmaceutique. Cette proposition de loi risque en effet d'être vidée de toute substance, et de ne plus remplir l'objectif de départ, qui est d’accorder au parlement un regard sur les accords en cours et à venir. Le parti de gauche réclame une transparence totale.

[Étude] 407 millions d’euros d’économies pour la sécu et les patients grâce au modèle kiwi du PTB

« Alors que le budget médicaments est une charge difficile à porter pour au moins un tiers des ménages, Big Pharma s’en met plein les poches, dénonce Sofie Merckx, députée fédérale PTB et médecin généraliste chez Médecine pour le Peuple. Actuellement, certains médicaments coûtent extrêmement cher, sans que ce prix ne reflète la qualité réelle des produits. En appliquant notre modèle kiwi aux seuls 25 médicaments les plus chers pour la sécu, on économiserait 407 millions d’euros. Et ce, tout en améliorant la qualité des médicaments. »

Comment Big Pharma s’arrange pour payer moins d’1 % d’impôts (et quand même vendre ses médicaments à prix d’or)

« Un régime fiscal taillé sur mesure pour Big Pharma permet à des multinationales telles que Janssen Pharmaceutica et GlaxoSmithKline Biologicals (GSK) de payer moins d'1 % d'impôts dans notre pays, dénonce Sofie Merckx, députée fédérale du PTB. Pour ces seules deux entreprises, l'État a déjà perdu 487 millions d'euros. » C’est en effet ce que montre une étude menée par le parti de gauche. « L'industrie pharmaceutique bénéficie d'aides publiques à chaque étape de la recherche et du développement de médicaments. C'est une raison supplémentaire de mettre d'urgence un terme à ces prix exorbitants pour des médicaments. »

Le PTB se réjouit de l'accord sur le fonds blouses blanches : 59 millions pour le personnel salarié, 8 millions pour les indépendants

Le PTB se réjouit de l’accord obtenu ce mardi 19 novembre midi en groupe de travail parlementaire, concrétisant la mise en place du fonds « blouses blanches » pour répondre aux demandes du secteur des soins de santé.

L'avortement : un droit indispensable, un combat de longue haleine

Le moment est peut-être historique : le Parlement s’apprête-t-il à voter la dépénalisation de l’avortement ? C’est en tout cas apparemment la direction que prendrait la majorité. Plusieurs partis, dont le PTB, ont déposé une proposition de loi progressiste à cet égard et finalisent actuellement une proposition commune visant non seulement à dépénaliser l’IVG, mais aussi à allonger à 18 semaines le délai dans lequel il sera légal le pratiquer. Cette proposition constituerait en Belgique un bond en avant en matière de droit des femmes à l’autodétermination. Et cette évolution serait tout bonnement impensable sans le combat permanent des mouvements féministes et pro-choix qui n’ont jamais cessé de défendre le droit des femmes à opérer leurs propres choix.

Avortement : le PTB se réjouit du compromis qui semble se dégager, « une avancée majeure pour les droits des femmes »

Sauf changement de dernière minute, le compromis est trouvé et la loi qui dépénalise l’avortement et allonge le délai à 18 semaines sera votée ce mercredi à la Chambre. « C’est une avancée majeure pour les droits des femmes, se réjouit la députée PTB Sofie Merckx. Les associations féministes le répètent depuis longtemps, il y avait urgence. C’est pour cela que nous avons été les premiers à demander l’urgence sur notre proposition de loi. On se réjouit qu’un compromis puisse être trouver aujourd’hui. »

Fonds d’urgence pour les blouses blanches : une victoire PTB style

« Le vrai pouvoir, le vrai rapport de force, il ne se trouve pas dans le Parlement, mais sur le terrain. Quand il y a une volonté populaire, personne ne peut se mettre en face de nous. » Raoul Hedebouw explique comment le fonds d’urgence pour les blouses blanches a été gagné au Parlement.

Avortement : « Je ne choisis pas à la légère, mais c'est moi qui choisis »

Aujourd'hui, 29 ans après le vote de la loi autorisant l'interruption de grossesse sous certaines conditions, l'avortement reste un thème sensible. Une interruption de grossesse est en effet loin d'être une évidence, ni pour la femme qui prend cette décision ni pour son entourage et la société. Suite à l'initiative de la médecin et députée fédérale PTB Sofie Merckx, une avancée pour le droit à l'avortement semble sur le point de se produire. Car, si nous voulons vraiment que les femmes puissent avoir le libre choix, certaines étapes sont encore à franchir. Il y a plusieurs raisons importantes à cela.

Pourquoi il faut rester mobilisés pour le fonds d’urgence pour les soins de santé

Le 6 novembre, le PTB a déposé une proposition de loi pour concrétiser le fonds d’urgence pour les soins de santé, qui avait été approuvé la semaine dernière par le parlement. Le fonds a été obtenu grâce aux actions et à la persévérance du personnel des soins de santé, et, si nous ne voulons pas que les partis de droite bloquent tout, nous devons maintenir la pression.

Le budget fédéral approuvé avec l’amendement « blouses blanches » du PTB

Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB : « Le gouvernement doit maintenant respecter la décision du Parlement et mettre l'argent à disposition du secteur des soins de santé. »

Suivez le PTB