Nos emplois, notre aéroport : pas d'argent public pour financer des licenciements ou des mauvaises conditions de travail. Nous voulons un avenir social et durable pour notre aéroport et notre compagnie aérienne.

Signez la pétition

Maria Vindevoghel,
ancienne syndicaliste à l'aéroport
et députée fédérale du PTB

Des milliers d'emplois risquent d'être supprimés à Zaventem. Et les personnes qui ont la chance de rester devraient faire de lourds sacrifices sur les conditions de travail et les salaires. L'argent de nos impôts ne doit pas être utilisé pour des plans de licenciements et pour mettre en œuvre une « ryanairisation » du secteur.

1. Il y a de l'argent pour surmonter cette crise.
Au cours de l'année écoulée, grâce au travail acharné de notre communauté aéroportuaire, beaucoup de richesses ont été produites.

  • L’aéroport national (Brussels Airport Company - BAC) a réalisé un bénéfice net de 392 millions d'euros en cinq ans.
  • Le groupe Lufthansa, auquel Brussels Airlines appartient, a réalisé un bénéfice de 9 milliards au cours des cinq dernières années.
  • Heinz Hermann Thiele, une des cent personnes les plus riches du monde, a doublé son portefeuille d'actions Lufthansa en pleine crise, devenant l'actionnaire principal de l'entreprise.

Ce n'est pas aux travailleurs des compagnies aériennes et de l’aéroport de payer la facture de la crise du coronavirus.

2. Un avenir durable pour le secteur aérien belge.
Nous voulons un avenir pour le secteur aérien belge, au service de la population et de l'économie belge, dans le respect des salariés et de l'environnement. Nous ne pouvons plus laisser ce secteur entre les mains du secteur privé, qui n’arrive pas à fonctionner sans l'aide du gouvernement. Le marché se montre incapable de gérer la crise. Nous devons reprendre en main l'avenir de notre aviation.

 

Plus d'infos : retrouvez ici la réponse aux questions les plus fréquentes.

Déjà 430 signatures. Ensemble, visons les 5.000!

Voulez-vous signer ?

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Quand vous signez cette pétition, vous êtes d'accord que le PTB garde vos données afin de vous tenir au courant des positions et des activités du PTB selon vos centres d'intérêts. Vous avez le droit de les réclamer et de les faire modifier ou effacer, par mail ou par courrier postal à ptb@ptb.be ou PTB, Boulevard M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles. Vous pouvez porter plainte à la Commission vie privée si vous estimez que nous traitons vos données de façon incorrecte. En savoir plus sur la politique de confidentialité du PTB : www.ptb.be/politique-confidentialité.

Nous avons besoin de votre soutien