Photo PTB Enseignement

Ce mercredi 16 décembre, le PTB a distribué des masques devant trois écoles de la Communauté française, à Bruxelles, Charleroi et Liège. Les autorités refusent de fournir ces moyens de protection, alors que c’est une obligation légale. Après avoir envoyé une plainte à l’inspection du travail, le PTB rappelle à la Communauté française qu’elle doit s’acquitter de ses obligations et fournir des masques en qualité et en quantité suffisantes.

Face aux nombreuses questions des organisations syndicales et du PTB, les réponses des ministres Caroline Désir (Enseignement) et Frédéric Daerden (Budget) – tous deux PS – ont révélé une certaine incohérence : les masques ne seraient pas des équipements de protection, mais une pièce de l’habillement ; ils seraient inutiles puisque les distances de sécurité sont garanties dans les classes ; des masques ont déjà été fournis par les différents niveaux de pouvoir... Dans son dernier argument, la ministre Désir rappelait qu’elle avait octroyé un budget de 21 euros par élève, alors que les écoles estiment les frais générés par la crise à 60 euros par personne.

Le 9 décembre dernier, le PTB déposait un amendement au budget de la Communauté française pour débloquer un fonds « masques » pour les écoles. Tous les autres partis ont rejeté cet amendement à l’unanimité.

Alice Bernard, cheffe de file du PTB, ne décolère pas : « Cela fait des mois que nous interpellons le gouvernement à ce sujet, en vain. C’est pourquoi nous avons décidé de passer à la vitesse supérieure et envoyé une plainte à l’inspection du travail contre la Communauté française. Visiblement, une intervention est nécessaire pour que le gouvernement respecte ses obligations. »

La ministre est légalement obligée de fournir les masques

« Au PTB, c’est sur le terrain que nous faisons de la politique », ajoute Elisa Groppi, députée du parti de gauche. « Nous avons organisé une distribution de masques devant des écoles de Bruxelles, Liège et Charleroi. Nous ne laisserons pas tomber ! »

« Ni les jeunes, ni le personnel des écoles ne sont responsables du manque de masques et du budget insuffisant alloué aux écoles pour faire face à une crise sanitaire sans précédent. C’est à la ministre Caroline Désir que revient l’obligation légale de fournir suffisamment de masques pour protéger les élèves et le personnel des écoles. C’est à ce prix que nous pourrons garantir la santé de toutes et tous ! », conclut Elisa Groppi.

Suivez le PTB