Le PTB rend public le projet de loi pandémie du gouvernement : « La démocratie ne se limite pas à l’entre-soi politique »

Nabil Boukili, député PTB. (Photo Solidaire, Stefaan Van Parys)

Ce mercredi 3 mars ont lieu, en commission Intérieur de la Chambre, les débats sur l’avant-projet de loi « pandémie ». Malgré ses déclarations d’ouverture, le gouvernement n’a à ce stade pas publié le texte de l’avant-projet. Le PTB a donc pris l’initiative de le mettre à la disposition du public.

Téléchargez-la ici.

« Le premier ministre a déclaré vouloir faire preuve d’une ouverture maximale et souhaiter tenir un véritable débat démocratique sur la loi pandémie, rappelle Nabil Boukili, député du parti de gauche. Pourtant le gouvernement n’a pas jugé utile de diffuser l’avant-projet, qui sera discuté en commission cette après-midi. »

« Pour le PTB, la démocratie ne se limite pas à l’entre-soi politique. La démocratie signifie plus que voter une fois tous les cinq ans, puis laisser les politiciens et les lobbies des grandes entreprises décider de tout, poursuit Nabil Boukili. L’avant-projet de loi valide les mesures prises jusqu’à présent, qui sont loin de faire l’unanimité et qui impactent durement les droits et libertés des citoyens. Il nécessite un véritable débat de société. Ce débat ne doit pas se tenir uniquement au parlement, mais doit réunir tous les travailleurs, les héros du corona. On doit demander l’avis du personnel soignant, des éboueurs, des caissières, des travailleurs d’usine, des syndicats, des organisations de défense des Droits humains, des organisations des petits indépendants et de tous ceux qui ont continué à faire tourner le pays au péril de leur santé. Ensemble, nous déciderons et nous nous organiserons pour lutter contre le coronavirus et contre l’érosion de nos droits et libertés. »

Entre autres dispositions, l’avant-projet de loi prévoit de laisser toute l’initiative de la gestion de la crise au gouvernement. Ce dernier a le pouvoir de lancer la situation d’urgence épidémique, le parlement n’intervenant qu’après-coup pour confirmer cette décision. C’est aussi le gouvernement qui décide des mesures concrètes, par arrêtés ministériels qui seront simplement communiqués au président de la Chambre.

Pour Nabil Boukili, « cet avant-projet est trop important pour le laisser aux politiciens ». Le député invite tous les citoyens souhaitant s’impliquer dans les débats à lui transmettre leurs idées et leurs revendications à l’adresse e-mail suivante : n[email protected].