Le PTB est prêt à s’opposer aux projets du gouvernement. Comme ici en janvier 2018.

Ce vendredi, le gouvernement se penchera sur un nouveau projet de « visites domiciliaires ». Il s’agit d’autoriser la police à violer un domicile où se trouveraient des personnes sans titre de séjour légal. Le PTB demande l’abandon du projet. Le parti de gauche pointe le caractère totalement disproportionné d’une telle mesure au regard des droits démocratiques.

Nabil Boukili, député PTB, ne cache pas son inquiétude : « Aujourd’hui, l’inviolabilité du domicile est un droit démocratique important pour l’ensemble de la population. La police ne peut pas entrer chez les gens sans leur accord ou sans qu’un juge d’instruction en ait fait la demande. Il y a donc une procédure qui est réservée pour les cas graves et sur base de preuves sérieuses. Ce serait complètement disproportionné. C’est une nouvelle attaque très grave par rapport aux droits démocratiques. »

Le PTB rappelle l’origine de ce projet et s’engage à le combattre. Nabil Boukili : « Ce projet date de l’ère de Theo Francken et du gouvernement Michel. Il s’agissait à l’époque de faire peser une menace supplémentaire sur les citoyens hébergeurs de migrants. Heureusement, un large mouvement de la société civile avait permis de faire reculer le gouvernement. Ce fut une belle victoire du mouvement démocratique. Si le gouvernement Vivaldi devait approuver ce projet, même “édulcoré”, nous nous battrons à nouveau pour le faire reculer. La solidarité ne peut jamais être un crime. »

Suivez le PTB