Photo Solidaire.

Le PTB condamne les propose tenus par le chirurgien Jeff Hoeyberghs à l’Université de Gand, organisée par le cercle étudiant ultra-conservateur KVHV. Marianne, le mouvement de femmes du PTB, Médecine pour le Peuple, mais aussi les députés fédéraux du PTB Maria Vindevoghel et Peter Mertens et les parlementaires flamands Jos D’Haese et Lise Vandecasteele ont co-signé une plainte du Vrouwenraad (Conseil des femmes néerlandophones).

Hoeyberghs a notamment déclaré : « Les femmes veulent bien les privilèges de la protection masculine et de l’argent. Mais elles ne veulent plus ouvrir leurs jambes. On ne peut pas traiter une femme d’égal à égal sans en devenir esclave. » À propos des habitants de Kiribati, le premier pays qui menace de disparaître du fait du changement climatique, Hoeyberghs a dit : « Si ces connards sont trop bêtes pour déménager leur hutte 100 mètres plus haut, ils n’ont qu’à se noyer. » Ce qui a été accueilli par le public présent avec des éclats de rire et des applaudissements.

Les propos de Hoeyberghs sont très graves et enfreignent la loi belge sur le sexisme. Le conseil des femmes néerlandophones (Vrouwenraad) a officiellement déposé plainte à l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. Elle le fait avec plusieurs autres organisations et plusieurs autres personnes, parmi lesquelles Marianne, le mouvement de femmes du PTB, et Médecine pour le Peuple. Des elus fédéraux tels que Maria Vindevoghel et Peter Mertens, ainsi que les parlementaires flamands Jos D’Haese et Lise Vandecasteele ont également signé la plainte. « Nous n’avons pas hésité une seconde à soutenir cette plainte collective, réagit Maartje De Vries, présidente de Marianne. Par ces propos, Hoeyberghs stimule et légitime le sexisme et la discrimination des femmes dans notre société. C’est une chose que nous ne pouvons pas tolérer. »

« Cette sorte de sexisme rabique et ce racisme de bas étage sont totalement inacceptables », a également réagi le parlementaire flamand et chef du groupe PTB au conseil communal de la ville de Gand Tom De Meester, qui a interpellé le recteur de l’UGent et le bourgmestre de Gand Mathias Declercq.

« Les propos de Hoeyberghs sont très humiliants et carrément discriminatoires. Le KVHV a invité Hoeyberghs sciemment pour ses opinions extrêmement sexistes. Le KVHV est un club d’étudiants d’extrême droite qui a déjà fait parler de lui par le passé pour racisme et haine. Nous soutenons les organisations estudiantines et le syndicat qui exigent la suspension et l’exclusion du KVHV. On ne peut pas permettre que de telles organisations fassent sans vergogne la promotion du sexisme et normalisent la discrimination envers les femmes. Dans notre société, il n’y a pas de place pour le racisme, le sexisme et la discrimination. »

Le PTB insiste auprès du bourgmestre Mathias Declercq pour qu’il engage à Gand une action contre le sexisme, en accord avec l’université de Gand et d’autres établissements d’enseignement. Il doit y avoir aussi une approche structurelle du sexisme aux niveaux fédéral et régional. « Le sexisme est un des fers de lance de la nouvelle droite pour imposer leur vision élitiste, réactionnaire de la société, faire reculer les acquis du mouvement féministe et limiter le droit des femmes. Le sexisme dans la société, l’inégalité dans les salaires et les pensions et la montée de la violence envers les femmes montrent pourtant tous les jours la nécessité d’accorder plus de droits aux femmes. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Nous avons besoin de votre soutien