Swissleaks, Luxleaks, Panama Papers : chaque année, un nouveau scandale fait les gros titres des journaux. Il n’y a pas d’argent, nous dit-on. En tout cas, pas pour une politique sociale. Quelque chose cloche évidemment quand on ne fait rien pour combattre 30 milliards d’euros de fraude fiscale.

Quand on ménage les millionnaires en leur faisant payer de moins en moins d’impôts. Évidemment, les problèmes commencent quand on ne va pas chercher l’argent là où il est, auprès des grande fortunes et des plus-values. Évidemment, les problèmes commencent quand on va toujours chercher l’argent chez les mêmes, les travailleurs et petits indépendants. Pendant ce temps, une petite minorité s’enrichit sans la moindre gêne, avec toutes les conséquences que ça a pour le reste de la société.

Nous voulons changer les priorités. Les épaules les plus fortes doivent porter les charges les plus lourdes. Nous proposons ainsi une taxe des millionnaires. Cette taxe s’appliquera aux fortunes de plus d’un million d’euros et ne touchera que 2 % des familles : les plus riches de notre pays. Mais elle rapportera annuellement plus de huit milliards d’euros.

De l’argent dont nous avons urgemment besoin pour créer de nouveaux emplois dans l’enseignement et les soins de santé, pour investir dans la recherche et développement, et pour refinancer la sécurité sociale.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact