Engie-Electrabel engrange 2,6 milliards d'euros de surprofits grâce aux prix élevés de l'énergie: inacceptable pour le PTB

Centrale nucléaire de Tihange (Photo Wikimedia Commons / Trougnouf)

Selon les nouveaux calculs du service d'étude du PTB, Engie-Electrabel réalisera 2,577 milliards d'euros de surprofits avec ses centrales nucléaires belges, grâce aux prix historiquement élevés de l'électricité.

« D'un côté, les ménages ne parviennent plus à payer leurs factures, et de l'autre, les actionnaires d'Engie-Electrabel empochent un jackpot de plusieurs milliards sur le dos de ces familles ?, réagit Raoul Hedebouw, président du PTB et député fédéral. Pour nous, c'est hors de question. Nous proposons au gouvernement de puiser dans ces surprofits et d'utiliser ces recettes pour réduire la TVA sur l'énergie à 6 %. Qu'attend-il ? »

Télécharger le dossier complet.

C’est connu : l'exploitant des centrales nucléaires belges réalise actuellement des surprofits. En effet, les coûts de production des centrales nucléaires n'ont pas augmenté, alors que le prix de vente de l'électricité, lui, a quadruplé. « Notre service d'étude a calculé que, de cette manière, rien qu’en 2021, Engie-Electrabel a réalisé un surprofit d'au moins 806,5 millions d'euros, explique Raoul Hedebouw. Et nous ne parlons que des surprofits que l'entreprise réalise en plus de ses marges bénéficiaires "habituelles", qu’elle engrange déjà grâce aux centrales nucléaires, qui sont entièrement amorties ».

« En outre, avec les prix actuels de l'électricité (qui, selon la CREG, ne se normaliseront pas avant des années) en 2022, Engie-Electrabel devrait encore engranger un surprofit estimé à minimum 1,463 milliard d'euros », poursuit le président du PTB. Le service d'étude du parti de gauche a effectué une estimation détaillée des surprofits déjà réalisés et à venir, en s’appuyant sur les données comptables officielles d'Engie-Electrabel et des prix de l'électricité sur le marché.

Cette situation est intenable. Les gens doivent mettre la main au portefeuille, tandis qu'Engie-Electrabel s’enrichit tranquillement. Rien qu’avec les immenses surprofits réalisés par la multinationale de l'énergie sur trois ans, on pourrait financer une réduction de la TVA à 6 % pour l’ensemble de la population au cours de cette même période. « Que le gouvernement ne vienne pas nous dire que c’est impossible de prendre des mesures pour réduire de manière significative les factures des ménages, déclare Raoul Hedebouw. C’est clairement une question de volonté politique. Le gouvernement ne peut plus rester les bras croisés. »

Le parti de gauche a déposé une proposition de loi visant à réduire la TVA sur l'énergie à 6 %, et a déjà recueilli près de 300 000 signatures avec sa pétition pour donner davantage de poids à cette revendication.