La terre peut produire plus qu’assez pour nourrir tout le monde et de façon durable. C’est l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, qui le dit. Pourtant, près d’un milliard d’êtres humains souffrent de sous-alimentation chronique et deux milliards n’ont aucune sécurité alimentaire. Toutes les dix secondes, un enfant meurt de malnutrition.

Le monde fonctionne au rythme de la chasse au profit. L’agro- industrie a plus de pouvoir que jamais, l’eau se mue en marchandise et des investisseurs sans conscience spéculent même sur la nourriture et la faim. C’est le monde à l’envers.

Nos gouvernements ne trouvent pas d’argent pour libérer les 0,7 % de nos richesses promis pour l’aide au développement. Et, depuis la crise, cela ne fait que régresser. On diminue l’aide au développement dans le même temps que l’on achète à des prix astronomiques de nouveaux avions de chasse et des bombes. Des millions de personnes fuient la faim, la pauvreté et la guerre. Les interventions militaires belges au Moyen-Orient ont contribué à provoquer le flux de réfugiés.

Nous voulons changer les priorités. Les gens d’abord, pas le profit, entre autres :

  • en ne participant pas aux interventions militaires à l’étranger ;
  • en assurant davantage d’aide au développement, et de meilleure qualité ;
  • en annulant les dettes des pays en développement envers la Belgique ;
  • en recevant dignement et humainement les réfugiés.

Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact