Avant de se rendre au Parlement, les deux députés PTB, Raoul Hedebouw et Marco Van Hees, avaient participé à un rassemblement du mouvement de la Paix. (Photo Solidaire)

Pourquoi, au Parlement, Raoul Hedebouw s'est prononcé contre l'intervention militaire contre l'EI ?

auteur: 

Koen Hostyn

Dans son intervention au Parlement, Raoul Hedebouw a insisté sur le fait que, pour le PTB, non seulement les méthodes barbares, mais aussi les objectifs de l'EI étaient condamnables. Mais, pour le PTB, une intervention militaire en Irak ou en Syrie n'est pas la solution, mais une composant€ du problème. Raoul Hedebouw a également condamné le fait que des F16 étaient déjà partis avant le vote au Parlement.

Le Parlement fédéral se réunissait pour se pencher sur la participation belge à une intervention militaire en Irak. Mais, avant que le Parlement n'ait eu l'occasion de s'exprimer à propos de cette intervention, les six F16 belges avaient déjà décollé de la base aérienne de Florennes, prenant la direction de la Jordanie. Raoul Hedebouw a directement réagi à la tribune du Parlement : « Je suis très étonné de voir à quel point nous avons un consensus dans ce Parlement sur le fait qu'intervenir en bombardant va résoudre quelque chose. Le consensus est tellement fort que nous venons d'apprendre par annonce Belga que les F-16 ont décollé, il y a un quart d'heure, donc avant le vote de ce Parlement! Je pose la question: à quoi sert ce Parlement si, sans même avoir attendu notre vote, vous envoyez déjà les F-16 en mission dans la région, monsieur le ministre? »

Dans son intervention au Parlement, Raoul Hedebouw a fait savoir que le PTB avait réagi avec indignation aux images atroces de décapitations par l'EI. Non seulement les méthodes barbares, mais aussi les objectifs politiques de l'organisation sont condamnables. Le PTB les condamne donc avec véhémence. Mais, pour le PTB, une intervention militaire en Irak ou en Syrie n'est pas la solution, mais une composante du problème. La guerre ne mène qu'à plus de guerre, plus de misère, plus de terrorisme.

« Quel est le bilan de l'intervention en Afghanistan ? En Libye ? Et en Irak ? », a demandé Hedebouw au Parlement. Car, en effet, en Afghanistan, les taliban courent toujours. En Libye et en Irak, après les bombardements occidentaux, les groupes terroristes ont jailli comme des champignons. La lutte contre al-Qaïda a abouti à la montée de l'ISIS plus cruel encore et précurseur de l'EI.

On ne résoudra pas ce problème comme dans un film américain avec Sylvester Stallone, avec quelques bombes bien placées.

Raoul Hedebouw a poursuivi : « quand on nous parle aujourd'hui de la création des différentes organisations terroristes et djihadistes, je vous demande: qui est à la base de la formation de celles-ci? Vous le savez. L'Arabie saoudite en est l'un des principaux facteurs de financement. Qu'a fait la Belgique depuis ces vingt-cinq ou trente dernières années vis-à-vis de l'Arabie saoudite? Rien du tout! Ni d'un point de vue diplomatique ni d'un point de vue politique. Qui a financé la naissance de ces organisations djihadistes dans cette région au cours des années 80 et 90? Les États-Unis. Qui a réagi contre ces financements? Personne dans cette assemblée. »

En lieu de lancer des bombes, le parlementaire PTB a proposé de s'en prendre aux causes réelles de ce problèmes. Voilà les bases sociales du conflit, la misère économique dans laquelle vivent les gens dans la région, la répression et la discrimination des sunnites, l'absence d’États stables, les afflux d'armes vers l'EI et le financement des groupes réactionnaires dans la région.

En guise d'alternative aux bombardements, le PTB préconise un partenariat régional, soutenu par l'ONU. Une opération militaire dans la région, sans accord régional et sans résolution de l'ONU, est inadmissible, selon le PTB. Aussi le PTB propose-t-il d'exercer des pressions sur la Turquie, membre de l'Otan, afin qu'elle ferme sa frontière avec la Syrie, et sur l'Arabie saoudite et le Qatar afin de mettre un terme à toute forme de soutien ou de financement des groupes réactionnaires de la région.

« On ne résoudra pas ce problème en faisant croire à l'opinion publique que, comme dans un film américain avec Sylvester Stallone, on va intervenir avec quelques bombes bien placées. Toutes nos interventions des dix années écoulées ont contribué à aggraver le terrorisme et la barbarie dans la région », a conclu Hedebouw. « Avec le PTB, nous voterons donc contre cette résolution. »

Le deux députés PTB ont voté contre. Écolo et Groen se sont abstenus et tous les autres partis ont voté pour.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

J'ai suivi le débat à la Chambre et admire le courage de Raoul Hedebouw. Pour obéir aux Yankees et sauver la Jordanie, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes et tutti quanti démocrates, la Belgique a de l'argent.
Le Parlement ne sert strictement à rien . Tout se décide avant le vote. Il faut sensibiliser les gens à ce déni de démocratie. Tout est bon pour l'armée et rien n'est bon pour le social. En s'abstenant, écolo diminue le dénominateur votal et augmente en pourcentage des va-t-en guerre. Il faut également que les gens sachent qu'écolo ne se mouille jamais. B à V