Photo Kicki Holmén / Flickr.

Logements sociaux : les idées du PTB percolent dans les rangs du PS

Durant les élections communales, le PTB a notamment fait campagne sur l’idée d’imposer 30 % de logements sociaux dans les grands projets immobiliers privés. Une proposition jugée complètement irréaliste par le PS lors des négociations. Mais, le 14 novembre dernier, on apprenait que les socialistes déposaient une proposition de décret dans ce sens au Parlement Wallon. « On voit que les idées du PTB percolent jusque dans les rangs du PS, nous ne pouvons que nous en réjouir », commente Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

Le PS annonçait donc cette semaine déposer une proposition de décret qui imposerait 10 % à 20 % de logement public dans les grands projet immobiliers privés.

« On voit que les idées du PTB percolent jusque dans les rangs du PS, nous ne pouvons que nous en réjouir, commente Germain Mugemangango. Nous sommes des partageurs, tout le monde peut reprendre nos idées et nous les soutiendrons, même si elles sont portées par d'autres. Nous accueillons ce changement de position du PS avec plaisir. »

Le PTB a défendu, lors des négociations avec le PS après les élections communales, qu'imposer un tiers de logements publics dans les grands projets immobiliers était une mesure concrète, nécessaire et faisable, le PS semble lui donner raison aujourd'hui. (Lire ici)

« Depuis le début, nous dénonçons la vision libérale qui règne sur nos communes, poursuit le porte-parole francophone du PTB. Nous combattons cette idée qu'il n'y a pas d'alternative possible, le fameux TINA (There is no alternative). Nous voyons bien ici que des alternatives sont possible. C'est une question de volonté politique. Cette volonté politique, nous ne l'avons malheureusement pas rencontrée au niveau communal, mais nous sommes partants pour la défendre aussi à la Région. »

Cependant, il ne faut pas penser que cette mesure va résoudre le problème du manque de logements publics en Wallonie. « On a besoin de 40 000 nouveaux logements sociaux à court terme en Wallonie, explique Germain Mugemangango. Le résultat de la politique de l'ensemble des partis traditionnels, tant à la Région que dans les grandes villes, est que le nombre de ces logements a même diminué. Les promoteurs privés ne pourront pas remplacer la force publique dans son rôle de répondre à la crise du logement. La Région et les communes doivent développer un plan de construction et de rénovation des logements publics à la hauteur des besoins de la population. Sinon, ce décret ne restera qu'une goutte d'eau dans l'océan. »

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.