Les grandes fortunes belges, fraudeurs multirécidivistes. Le PTB demande un contrôle fiscal global à leur égard

Le service d'étude du PTB publie un dossier qui montre que les grandes fortunes belges impliquées dans le SwissLeaks – les Spoelberch, Boël, De Clerck, etc. – sont des fraudeurs multirécidivistes impliqués dans une série d'affaires antérieures (LuxLeaks, PanamaLeaks et autres).

Et si l'on prend le top-20 des plus grands patrimoines de nos pays, il est difficile de trouver une famille qui n'ait pas été impliquée, à un moment ou un autre, dans des pratiques fiscales douteuses. D'ailleurs, les sociétés de la plupart de ces fortunés disposent de filiales dans des paradis fiscaux.

« Pour les plus riches, il semble que la fraude internationale soit plus une règle qu’une exception, explique le député PTB Marco Van Hees. Faire de l'argent est la norme dans cette couche de la société et la légalité ne fait partie que des contraintes à respecter ou non, selon le risque financier. Or, mis à part les récentes révélations médiatiques, ce risque a toujours été extrêmement faible.»

Le parlementaire estime que « la réaction des autorités, au niveau international et plus encore au niveau belge, est très loin d'être à la hauteur de cette généralisation de la grande fraude. Un ministre des Finances comme Johan Van Overtveldt, dont la vision néolibérale inspirée de Milton Friedmann consiste à favoriser la croissance en enrichissant les plus riches (la fameuse trickle down economics, théorie du ruissellement), semble se satisfaire d'une situation dans laquelle les grandes sociétés et les grandes fortunes ne contribuent pratiquement pas à l'impôt, que ce soit par des procédés légaux ou moins légaux. »

Il est urgent de mener une guerre résolue contre la grande fraude, couplée à un programme de justice fiscale. Le PTB l'a déjà annoncé : il estime que le meilleur instrument pour lutter contre la grande fraude fiscale, c'est la création d'un cadastre des fortunes. Car, outre qu'elle permet d'appliquer une Taxe des millionnaires, comme défendue par le PTB, elle permet un contrôle comparatif des revenus et des patrimoines, ce qui permet d'endiguer la fraude aux impôts sur les revenus, la fraude à la TVA, la fraude aux droits de succession ou encore le blanchiment d'argent.

Mais dans l'immédiat, face à ces fraudeurs multirécidivistes, le député Marco Van Hees interpellera spécialement le ministre des Finances à la Chambre pour lui demander que l'Inspection spéciale des impôts puisse réaliser un contrôle global de la situation fiscale des avoirs personnels et des sociétés de ces grandes familles fortunées.

> Lien vers l'étude

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.