« Dans chaque foyer, on côtoie plusieurs personnes. Et on se déplace de foyer en foyer. C’est dangereux pour nous et pour nos clients aussi. Mais sans notre salaire complet, on ne s’en sort pas. Le secteur doit fermer mais avec une garantie de salaire à 100%. » C’est le témoignage d’Erika, aide-ménagère, qui ne veut pas devoir choisir entre salaire et santé.